Pericles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1429 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Périclès, en grec Περικλῆς / Periklếs (né à Athènes v. 495 av. J.-C., mort à Athènes en 429 av. J.-C.), fut un stratège et homme d'État athénien, de la tribu Acamantide et du dème de Cholargue ; membre de la famille des Alcméonides, il était le fils de Xanthippe et d’Agaristè, elle-même nièce de Clisthène et petite-fille d'Agaristè et de Mégaclès.
L’influence de ce personnage sur son époque futsi grande qu'on surnomme généralement cette période « Le siècle de Périclès ».
Périclès épousa une première femme de qui il eut deux fils : Xanthippos et Paralos. Par la suite, il s'éprit d'Aspasie, une métèque d'origine milésienne, et également une courtisane, avec qui il eut un fils, Périclés le Jeune, qu'il parvint à faire inscrire comme citoyen, à l'encontre de ses propres lois : il était eneffet un nothos, selon la loi instituée en – 451 par son père.
Issu de la prestigieuse famille des Alcméonides, qui s'étaient illustrés aux côtés de Solon, et dans la lutte contre le tyran Pisistrate, neveu de Clisthène le réformateur, Périclès était comme prédestiné à faire de la politique. Bien qu'il fût un grand aristocrate, il fut un partisan de la démocratie, et apparut sur le devant de lascène, faisant partie des procurateurs publics qui, en -463, attaquèrent Cimon. En -462, -461, il s'allia à Éphialtès pour réduire les pouvoirs de l'aréopage, et, après le meurtre d'Éphialtès et l'ostracisme de Cimon, en -461, il devint l'homme le plus influent d'Athènes. Ses décisions politiques s'imposaient d'elles-mêmes à la plupart des citoyens.
Il créa le recours en justice Graphê Paranomôn(plainte en illégalité) qui permettait d'empêcher que des malveillances nuisent à la loi et portent atteinte à la démocratie. Ce recours se réglait devant l'Héliée, l'assemblée judiciaire de la cité d'Athènes.
En -451, à son initiative, la citoyenneté fut restreinte à ceux dont le père était citoyen et la mère fille de citoyen athéniens. À partir de ce moment, et jusqu'à sa mort, il domina la viepolitique athénienne, et fut élu stratège quinze fois de suite entre - 443 et - 429[1].
Sous sa direction, Athènes adopta une politique impérialiste, et la ligue de Délos, créée pour maintenir les Perses hors de Grèce, fut transformée en empire athénien.
Il semble avoir essayé de convoquer une assemblée de tous les États grecs pour envisager la reconstruction des temples, détruits par les Persesen -480, ainsi qu'une forme d'union politique, mais rien n'aboutit en raison de l'hostilité de Sparte.
En -437, il fonda une colonie à Amphipolis et, peu après, dirigea une expédition pour établir l'influence athénienne dans la région de la mer Noire, après avoir en -439 maté la révolte de l'île de Samos qui avait quitté la ligue de Délos.
On ne connaît pas la responsabilité exacte de Périclèsdans la politique qui entraîna Athènes dans une guerre contre Sparte, Corinthe, Égine et la Béotie, durant la période de -459 à -446, mais durant la « paix de Trente ans » qui suivit, il obtint de Sparte la reconnaissance de l'empire maritime d'Athènes.
Il fut l'instigateur de la construction, sur l'Acropole, du Parthénon, pour commémorer les guerres Médiques, commencées en -447 et achevées dixans plus tard, en -437, des Propylées et des autres bâtiments importants de cette époque ; menant une politique de prestige redoutablement efficace, il n'hésita pas à puiser dans les réserves de la ligue de Délos pour financer les monuments.
Il fut également à l'origine du Misthos, indemnité versée à un citoyen pour le temps qu'il consacrait à la vie politique, car en prenant part à l'Assemblée duPeuple, le citoyen perdait les bénéfices d'une journée entière de travail.
Le politicien Thucydide fils de Mélésias (à ne pas confondre avec le fameux historien Thucydide, fils d'Oloros), héritier politique de Cimon et pire ennemi de Périclès, l'attaqua pour avoir détourné les fonds de la ligue de Délos lors de son programme de constructions. L'ostracisme de Thucydide laissa les mains libres à...
tracking img