Peronnelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4209 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

I-L’HOMME ET SON ŒUVRE

1°) La biographie
2°) La bibliographie
3°) Le résumé

II- L’ANALYSE DES MODALITES TEXTUELLES

1°) Les personnages
2°) Le temps et l’espace
3°) L’action

III-L’ECRITURE DE PERONNELLE

1°) La thématique de l’œuvre
2°) L’étude d’un thème : la rupture d'un ordre et les rapports de force à travers Péronnelle.
3°) Le styleCONCLUSION

INTRODUCTION.
***************

Actuellement, le théâtre africain semble se développer dans trois directions principales: la dénonciation du colonialisme et de ses séquelles, l'analyse du conflit des générations et la critique des mœurs politiques. Visiblement, le théâtre gabonais n'est pas resté en marge de cette perspective.
Péronnelle de Ludovic E.OBIANG en est une parfaite illustration. En effet, pièce contemporaine, mais nous ramenant quelques années en arrière, Péronnelle est une œuvre qui se veut non pas seulement procès du colonialisme et du colonisateur, mais c'est aussi un vif reflet d'un monde où les individus devaient forcer sur leur personnalité, une identité, une authenticité précaire.
Ainsi, Péronnelle qui retient notreattention semble constituer un sommet dans l'univers théâtral gabonais, du moins après les productions de Vincent de Paul NYONDA avec la Mort de guykafi, Laurent OWONDO avec la folle su Gouverneur. Dès lors, se pose la question de savoir ce qui constitue la particularité de Péronnelle.

Cette perspective nous offre ainsi l'opportunité de saisir l’œuvre à travers son auteur, ses modalités de productionet son écriture.

I.-) L’MOMME ET SON ŒUVRE.
1.) Biographie:
Ludovic O. naît le 21 septembre 1965 à Libreville, dans la province de l'Estuaire. Très tôt , il endosse le cartable et commence à fréquenter l'école Sainte-Marie. Elève dispersé, enfant terrible, il a fallu à sa mère beaucoup de rigueur et de tact pour le canaliser jusqu'à l'obtention du C.E.P aux alentours de 1975-1976. EnsuiteLudovic O. entame son cycle secondaire au collège Immaculée conception de Libreville et sept ans plus tard, il finissait nanti d'un bac A, en dépit de sa formation scientifique.
Comme il aime à le dire, il est donc un enfant de la mission catholique et en particulier, un enfant de la Mission Ste-Marie de Libreville. C'est pourquoi dans un interview qu'il accordât au Tam-tam littéraire ( 2003), ildéclara que son prochain recueil de nouvelles aura pour cadre Ste- Marie, univers de son enfance, détenteur de ses joies et peines.
Après l'obtention du bac, il alla en France et n'y fit que trois mois. N'étant pas encore mature, ayant une crise de personnalité et n'étant pas en harmonie avec lui-même dans un pays tempéré, il entreprit de revenir au pays et s'inscrit à l'Université Omar Bongo. Decette inscription, il obtint quatre années plus tard une maîtrise de linguistique et de littérature orale. Parallèlement à cela, il fit des recherches sur les musiques tambourinées et obtint un DEA de musicologie en 1999.
Revenu au pays après cette thèse, il s'est fait recruter comme chercheur à l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH) et il est fondateur du Groupe de Recherche surl'Identité Négro-africaine (GRILNA-OURIKA). Il est enseignant à l'université Omar bongo, marié et père de quatre enfants.
2°) Bibliographie
Excellent dans un genre pas très connu du public gabonais, Ludovic Obiang est l'écrivain gabonais qui s'est fixé pour devoir, la promotion de la nouvelle comme genre littéraire.
Pour cela, sa première oeuvre de renom L'enfant des masques publié aux éditionsNdze et l'Harmattan en 1999 est un recueil de nouvelles construite de manière musicale avec des temps forts et des temps faibles. Un temps fort serait en conséquence une nouvelle plus longue et volumique et un temps faible serait une nouvelle plus courte et moins volumique. L'enfant des masques est presque un autobiographie car les thèmes y découlant sont des thèmes chers à l'auteur à l'instar...
tracking img