Petit roi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1033 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CONTE POUR ENFANT “PAS SAGE”… “LA REINE NOIRE”…

Il était une fois, dans une verte contrée, un petit roi qui s’ennuyait sur son trône… Il menait une vie bien rangée, bien droite, était connu et apprécié, et passait beaucoup de temps à engranger des connaissances dans son grenier, sous sa couronne. Parfois, il voulait oublier qu’il était roi, alors il se déguisait en “grand chef”, portant unpetit tablier, fort beau ma foi, et il partageait ses recettes avec ses compagnons, sous une voûte étoilée. Comme c’était un grand enfant, il aimait tout ce qui était magique et mystérieux, et se complaisait à explorer des domaines souterrains, à la recherché d’une hypothétique Lumière…

Mais ce petit roi tournait en rond dans son chateau car la reine s’étiolait et vivait dans sa tour, retranchéedans ses regrets et sa terrible nostalgie. Le mal sournois qui la rongeait sortait de ses entrailles car son sanctuaire, bien qu’honoré par le roi, était resté vide et silencieux. Aucun habitant n’y avait élu domicile malgré des invitations répétées et, peu à peu, il avait perdu ses couleurs et sa raison d’être. Le froid y régnait et la porte s’ouvrait difficilement, enchevêtrée dans les ronceset les herbes folles. Le petit roi, perplexe, avait bien essayé de réconforter sa belle, mais c’était peine perdue, et il s’était réfugié de plus en plus souvent dans son grenier, pour oublier, pour s’évader…

Il avait pourtant bien un jour tenté de la consoler en lui offrant deux beaux fruits mâles, pleins de promesses ; il comptait sur eux pour la faire rire et danser … Emue, elle les avaitdéposés dans une corbeille en osier, avait caressé et baisé leur peau veloutée, mais très vite ils s’abîmèrent et perdirent toute saveur, avant de disparaître. Désenchantée, elle s’en était retournée dans sa tour, le Coeur lourd et mélancolique ; le vide et le froid à nouveau lui glaçaient les entrailles.

Notre petit roi, triste et déçu, déployait son énergie à remiser dans son grenier toutes sesrichesses. Tout le monde le saluait, l’appréciait, l’honorait, et cela le flattait et lui plaisait bien. Il avait soigneusement caché et baillonné le petit garcon qui se débattait et hurlait en lui. Il rentrait dans les cases de sa vie, dignement, aussi droit que son sceptre royal, drapé dans sa cape, rassuré, car tout était à sa place : il maîtrisait sa planète !… Il vivait seul avec une reinetriste mais il s’en était accommodé et puis, de toutes façons, c’est ainsi qu’il avait été élevé et tout paraissait en ordre, c’était ce qui comptait…

La vie aurait pu dérouler son tapis d’années ainsi, mais voilà qu’un être étrange fit soudain irruption dans son existence bien lissee. Il en jaillit des vagues qui vinrent s’écraser jusqu’aux marches de son trône. Une espèce d’ondine, qui avaitles mêmes richesses que lui, mais qui ne les engrangeait pas. Elle les sortait de son sac, les semait, les regardait fleurir, puis poursuivait sa route, les pieds touchant à peine le sol. Une lumière et du feu sortaient de ses yeux et de sa peau, lui donnant le pouvoir de parler aux plantes, aux arbres et aux oiseaux. Elle dansait sa vie, malgré les enfers qu’elle avait traverses, disait-elle, enserrant la main d’un être de lumière qu’elle appelait Rabbouni et qui lui remplissait le Coeur d’amour.

Ce que le petit roi avait conservé dans son grenier prenait vie sous ses yeux et il en était subjugué ! Attiré comme un aimant par cette créature bizarre, tout droit sortie d’un creuset ou d’un grimoire, il constata que toutes ses certitudes s’effondraient sur le sol, en même temps que songrand manteaux royal. Très intrigué, il la revit plusieurs fois mais un feu dévorant s’activait de plus en plus, réduisant leurs cellules en cendre. Il perdit son souffle dans le sien, comme l’ouragan qui emporte tout sur son passage et laisse le chaos derrière lui. Destabilisé, le petit roi se sentait pieds et poings lies, sans volonté, livré aux soubresauts sensuels qui secouaient tout son...
tracking img