« Peut-on évaluer la lecture littéraire ? » pierre sève, formateur à l'iufm d'auvergnee

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7428 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Peut-on évaluer la lecture littéraire ? » Pierre Sève, formateur à l'IUFM d'Auvergne
Actes de l’Université d’automne : La lecture et la culture littéraires au cycle des approfondissements du 28 au 31 octobre 2002
La question d'une évaluation de la lecture littéraire peut apparaître comme une aporie, une question sans réponse simple. D'un côté, en effet, le travail autour de la lecturelittéraire vise l'interaction entre l'élève et le livre, interaction qui sollicite l'investissement le plus intime de la subjectivité de l'élève. De même qu'une mère ne s'approche pas de l'intimité corporelle de son enfant sans précaution ni sans s'interdire un regard intrusif, de même un maître ne s'approche pas de l'intimité intellectuelle d'un élève sans précaution, sans se méfier d'un regard normatif.Une évaluation suppose des critères transférables d'une situation à l'autre, d'un élève à l'autre, or le travail sur la lecture littéraire suppose justement un travail sur la singularité de ce texte-là et de cet élève-là, dans ce moment-là…Enfin, le souci d'évaluer découpe des savoirs ou des savoir-faire isolés, alors que le travail de lecture littéraire est nécessairement systémique.
Dans lemême temps, d'un autre côté, un maître ne saurait se dispenser d'évaluer l'efficacité de son propre travail ; il ne peut choisir un support adapté qu'en s'appuyant sur une évaluation - fût-elle approximative et subjective - des compétences de ses élèves. Le travail sur la lecture littéraire vise à construire des compétences chez les élèves, lesquelles doivent être évaluables. L'évaluation joue unrôle d'importance dans la décision de mettre fin au travail en projet (projet de lecture, en l'occurrence). Une évaluation " sauvage " et spontanée ne peut pas ne pas avoir lieu mais il faut pouvoir s'en détacher pour tenter d'en construire une plus consciente et plus " professionnelle ". Tous ces éléments obligent à repenser l'évaluation.
Comment débrouiller ces contradictions ? Si l'on n'oublie pasque faire la classe ressortit de l'art du bricolage, on peut sans doute s'appuyer sur les pratiques effectives des maîtres embarqués dans l'aventure de la lecture littéraire, s'appuyer sur ce qu'ils disent de leur souci d'évaluer. Reformulée de ce point de vue empirique, notre question deviendra alors plutôt : que veut dire évaluer la lecture littéraire ?

Ce que n'est pas l'évaluation de lalecture littéraire

Les maîtres que l'on rencontre en formation continue sont souvent pris dans une logique où l'évaluation commande les décisions didactiques : la perception par l'adulte d'une lacune ou d'une défaillance entraîne le choix d'un objet approprié à enseigner, type de stratégie, notion linguistique, cadre culturel, etc. Les tâches alors prescrites aux élèves sont censées développerchez eux les savoirs ou savoir-faire qui faisaient défaut, elles doivent remédier à l'incapacité détectée. On propose ainsi un travail sur les reprises anaphoriques pour entraîner les élèves à construire l'unicité du référent de désignateurs variés, un travail sur la syntaxe de la phrase pour entraîner à l'intégration sémantique, un travail sur le vocabulaire pour aider à mobiliser des connaissancesantérieures, etc. Cette logique ne saurait être pertinente dans la perspective d'une lecture littéraire.
Une telle conception suppose tout d'abord que la compréhension est le fruit d'opérations techniques élémentaires. L'implication de ces opérations est évidemment incontestable, mais une prise de conscience de leur fonctionnement suppose un travail d'analyse rétrospectif de sa pratique,inaccessible si celle-ci n'est pas d'abord fermement installée. Cette conception suppose donc que le maître soit dépositaire du sens du texte et même du sens de la lecture produite par l'élève, elle dépossède donc l'élève de son effort, de sa quête de sens, elle risque d'instrumentaliser la littérature, d'en faire l'occasion d'apprentissages calibrés et d'en déterminer un usage socialement utile au...