Peut-on accepter la formule "à chacun sa vérité"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
De nos jours, il existe différentes formules et expressions pré-conçues que nous sommes parfois amenés à utiliser. Lors d'un désacord sur une opinion on pourra entendre « A chacun celon sa vérité » car il est parfois impossible s'accorder avec quelqu'un alors au lieu d'éterniser les discussions il vaut mieux laisser aux autres la liberté de leurs opinion et dire « A chacun sa vérité ». Mais quevaut et signifie la formule ? Qui possède alors la vérité ? La vérité pourrait-elle appartenir à un seul être ou bien à quiconque dôté de raisonnement ? La vérité est-elle universelle ou bien est-elle différente pour chacun d'entre nous ?
En premier lieu nous étudierons la formule « A chacun sa vérité ».

On se demande donc ce que signifie cette formule « A chacun celon sa vérité ». Dans cettedernière il y a deux termes importants « Chacun » et « vérité ».
« Chacun » signifie que cela est applicable à toute personne capable de penser, de raisonner et de comprendre. Autrement dit, à tout être humain. C'est à dire que si l'on exprime tous les hommes à travers le mot chacun c'est qu'on les dissocie, et que chaque homme possède sa propre vérité, chaque personne pensante possède sonopinion et toutes sont différentes.
Ensuite, le terme « vérité » exprime le caractère de ce qui est vrai, donc censé être impossible à remettre en cause et par définition, la vérité, il n'y en aurai qu'une seule. « A chacun sa vérité » signifierait donc ici, que la vérité varierait selon les individus. On observe donc qu'il y a dans cette formule une contradiction entre les deux termes vérité etchacun. Mais cela dépend toutefois de ce que l'on comprend dans le terme vérité, si on considère que l'opinion est aussi une vérité, la formule prend alors plus de sens et on pourrait même dire « A chacun son opinion ». Car dans ce cas le terme opinion, et donc vérité prennent une toute autre valeur.
On peut donc se demander dans quel cas est utilisé cette formule. Cette formule est souvent utiliséelorsqu'il s'agit de mettre fin à une discussion. C'est en quelque sorte avouer un désaccord, mais en considérant ce désaccord comme normal, étant donné les nombreuses divergences des points de vue. D'autre part, l'expression "à chacun sa vérité" se présente comme une maxime de tolérance : chacun à le droit de penser ce qu'il veut, car en matière d'opinion, chacun est son propre maître et il luirevient en toute liberté de choisir sa vérité.

Chacun considère donc assez spontanément qu'il a raison de penser, parler ou agir comme il le fait, et si personne n'est d'accord, peu importe, c'est simplement qu'il y a relativement deux types vérités.

En effet, on peut parler d'un premier type vérité, la vérité subjective. On peut considérer qu'il y a une vérité individuelle, qui s'appuientplus sur l'intuition, le domaine de la perception du jugement subectif c'est à dire celle qui découle d'une interprétation de faits par des individus différents.
Un même événement peut être raconté différement par deux personnes ayant pourant été témoins de la même scène. Chacun aura donc perçu différemment l'événement et chacun possèdera donc sa vérité de l'événement. C'est pour ça que parexemple dans les tribunaux on pourra se retrouver avec deux témoignages différents voir contradictoires alors que les deux personnes seront persuadées de dire la vérité. Mais elles diront en réalité, leur vérité. Ce qu'elles ont retenu de la scènes, ce qui les ont marqués et parfois le récit de l'événement peut être déformés par la manière dont la personne voit les choses, par ce qu'elle a vécuauparavant etc. Pourtant l'événement s'étant passé d'une seule manière, il n'y a en réalité qu'une seule vérité mais comme chacun l'a perçu différement on peut ainsi dire que chacun possède sa propre vérité. Chacun à sa vision de la vérité, toutes sont respectables, mais la vérité malheureusement il n'y en a qu'une. Spinoza affirmait « qui a une idée vraie sait en même temps qu'elle est vrai et ne peut...