Peut on assimiler sujet de droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on assimiler être humain et sujet de droit ?

L’identité absolue semble difficilement concevable dans la mesure où sujet de droit et être humain sont conceptuellement différents : l’êtrehumain désigne une réalité biologique alors que le sujet de droit est un simple moyen technique, juridique ; la reconnaissance d’un être humain consiste à protéger la vie et la reconnaissance d’un sujet dedroit à désigner précisément le titulaire de droits et obligations.

Il est vrai que très souvent l’être humain a la qualité de sujet de droit, mais pour autant ces deux notions ne se superposentpas parfaitement, d’une part parce que l’être humain n’a pas toujours la qualité de sujet de droit, et d’autre part, parce que les sujets de droits ne sont pas exclusivement des êtres humains.

IL’être humain sujet de droit

A Un sujet de droit non exclusif

Tous les sujets de droit ne sont pas des êtres humains : les personnes morales (définition) : création de la loi (existence d’unemanifestation de volonté et formalité de publicité, d’enregistrement) ou reconnaissance a posteriori par la jurisprudence dès qu’est atteint un degré d’organisation permettant l’expression et laprotection d’intérêts propres à l’entité litigieuse. Théorie de la fiction/théorie de la réalité

Intérêt de la reconnaissance de la personnalité morale : protection spécifique de l’entité pour éviterconfusion entre elle et ceux qui agissent en son nom, patrimoine propre, possibilité d’agir en justice au nom de la société…

B Un sujet de droit sous conditions

L’être humain ne devient sujetde droit et n’acquiert la personnalité juridique que sous certaines conditions : être né vivant et viable (cf recommandations de l’OMS à propos de la viabilité) ; acte de naissance/acte de décès…Principe : l’être humain est sujet de droit de sa naissance, du moment qu’il n’est vivant et viable, à sa mort.

II L’être humain non sujet de droit

A L’être humain exclu

-...
tracking img