Peut-on avoir raison contre les autre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2139 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on avoir raison contre les autres ?

« La raison du plus fort est toujours la meilleure », Jean De La Fontaine

« La force n’est maîtresse que de nos actions extérieures, elle ne fait rien au royaume des savants» Pascal

Analyse de la formule :
Peut-on :

Est-ce possible ? Y a-t-il eu des cas ? Oui, dans l’histoire des sciences notamment

Est-ce une attitude recommandable ou yaurait-il quelque chose à contester dans l’attitude de celui qui revendiquerait d’avoir raison contre les autres ?

Avoir raison :
C’est être dans le vrai ou être dans le juste, avoir le droit pour soi

( Expressions contraires :
se tromper être en faute,
avoir tort)

(*)Deux registres sont donc convoqués par la question :
celui des sciences et de la recherche de la vérité ;
leregistre juridico-politique

(*) L’ évocation du registre du jugement esthétique s’impose avec beaucoup moins d’évidence. La beauté s’éprouve mais ne se prouve pas. Il n’y a pas de démonstration du beau. L’évidence de la beauté est de l’ordre du sentiment, non de la logique argumentative. Néanmoins, l’histoire de l’art manifeste l’évolution du goût artistique sous la pression d’artistes souventd’abord méconnus ( voire méprisés) mais qui ont persévéré dans leur création et ont fini par faire école en imposant une nouvelle façon de percevoir les formes , les couleurs , les volumes ou les sons.

Dans une analyse froidement financière et intéressée on peut toujours dire que les premiers amateurs ont eu raison de parier sur leur talent (« d’investir »).

Mais dira-t-on que les artistes onteu raison ?

Un artiste a-t-il raison de persévérer dans ses créations (son style, son talent) ? Sauf à rentrer dans une conception hégélienne de l’art, l’expression semble incongrue . Est-ce en persévérant malgré ses détracteurs que l’artiste assure le mieux son épanouissement individuel ? Qui peut le dire ? De toute façon, la passion créatrice se moque des sages conseils de la raison . Leregistre artistique n’est pas le plus pertinent pour éclairer la question.

Contre les autres

Il y a deux possibilités de lecture de cette expression :

* une conception polémique où l’un s’oppose à l’autre et s’efforce de vaincre ses arguments ;

* une lecture qui privilégie la dimension de la collatéralité, : les uns à côté des autres, unis par un même projet que nous menons defront, les uns contre les autres comme dans la chanson …

( dans un autre registre, Sacha Guitry jouant avec l’ambivalence de la préposition ironisait : « Je suis contre les femmes, tout contre ! »
Plan synthétique :
1)La relativité historique du vrai ( procès de Galilée) et du juste (procès de Socrate)

Bachelard, La vérité officielle comme obstacle épistémologique.

Pascal,l’hétérogénéité absolue de l’ordre du vrai et de celui de la force

Transition, distinction parmi « les autres », entre les adjuvants dans l’effort de penser et ceux qui ont des préjugés…
2) Ensemble et côte à côte : des collaborateurs nécessaires dans la conquête de la vérité pensée comme élément débordant toujours la connaissance qu’on en a.

Protagoras, le débat démocratique et le discoursfort
Kant, la critique de l’égoïsme logique
Pascal comment montrer à quelqu’un qu’il se trompe

Transition :On peut et doit penser avec les autres, à partir de ce qu’ils ont compris et mal compris, mais on ne peut penser pour les autres
3) La faculté de penser ne se délègue pas. En ce sens, on pense essentiellement seul (Fichte). Là est la différence entre la raison et la foi, la pensée etle dogme.

-L’examen intérieur comme seule source du sentiment de certitude, Saint Augustin De Magistro

-Apprendre à désapprendre pour apprendre à penser avec authenticité (Heidegger, critique de la dictature du on)

Conclusion

Le rapport à l’autre dans le dialogue dépend de ce qu’on attend de la rencontre S’agit-il essentiellement de prendre une position hégémonique ou...
tracking img