Peut-on choisir sa vie ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1241 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on choisir sa vie ?

Tout homme se prétendant libre dira que puisqu’il est libre il l’est également quand il s’agit de choisir sa vie. Mais bien souvent ce n’est qu’une illusion, un espoir que l’on nourrit puisqu’à nos dépend on s’aperçoit rapidement que notre vie est pleine des contraintes et que l’on est pas seul à décider de ce qu’elle deviendra.
Mais au final qu’entend-t-on par« choisir sa vie » ? Définissons, d’une part, la vie. La vie est la durée de l’existence, le temps qui s’écoule de la naissance à la mort. D’autre part, la notion de choisir qui signifie adopter ou sélectionner selon une préférence. Mais pouvons-nous dire que nous sommes seuls à décider de notre vie ? Des facteurs extérieurs n’interviennent-ils pas dans nos choix de vie ? Le problème est donc lesuivant : ou bien nous sommes seuls maîtres de nos décisions et vivons dans un idéal ou bien nos choix sont régis par le monde qui nous entoure.
Face à ces questions nous allons voir dans quelles mesures nous sommes libres de choisir notre vie puis quels facteurs nous en empêchent. Pour finir nous verrons la limite ultime de ce choix de vie qui se solde par le choix de la mort.

Pour commencer, pourpouvoir choisir son existence, il faut lui donner un sens. Celui qui gardera son objectif en tête et ce même dans les moments les plus compliqués, qui campera sur ses positions, peu importe les situations, tout en reconnaissant ses erreurs mais sans toutefois se laisser influencer par des facteurs extérieurs et par conséquent par l’opinion commune, les préjugés pourra dire qu’il a choisi sa vie.Qu’il a mené son existence comme il l’entendait.
Ses choix de vie que nous faisons régissent également la vie de notre pays car quand nous choisissons notre président nous choisissons de vivre sous un régime. Le choix que nous faisons grâce au doit de vote nous permet de vivre notre vie comme nous l’entendons puisque le dirigeant du pays nous ayant proposer son programme avant toutes électionsnous a permis de voir quelle vie future nous allons choisir en votant pour telle ou telle personne. Grâce à ce droit le choix nous appartient donc.
Quelques soient nos choix ils nous appartiennent puisqu’en ne nous laissant pas influencer, en suivant nos envies et décisions nous parvenons à avoir la vie que l’on voulait. Suite à ces choix, qu’ils soient au niveau individuel ou national, nous avonsl’idéal, nos espoirs ne sont donc pas vains et nous pouvons alors affirmer être maîtres de nos décisions.

Etre seul à décider, à choisir sa vie n’est-il pas qu’illusion ? Nos choix ne sont-ils pas régis par des facteurs externes à notre propre personne ?

Quand le choix s’inscrit dans une situation d’obstacle à l’autre nous ne sommes plus libres de nos décisions comme nous le croyons. Onne peut être seul pour la simple raison que la famille est un facteur qui intervient systématiquement. On fait nos choix de vie par rapport à notre encadrement familial. A partir de ce moment nous ne pouvons plus nous prétendre libre puisque nous agissons selon les contraintes familiales. Si l’on désire faire quelque chose qui en réalité est le désir d’un de nos proches alors ce n’est plus notrechoix mais celui que l’on fait pour faire plaisir à cette personne. A partir de là nous ne sommes plus que l’acteur qui fait ce que l’autre voudrait que l’on fasse.
Cette configuration se trouve également dans le déterminisme social. Quand nous sommes membre d’une société nos choix sont alors régis par celle-ci. Par exemple, les juifs qui ont été déportés pendant la seconde guerre mondiale pourêtre exploités n’avaient pas choisi ce qui leur est arrivé mais vu qu’ils faisaient partie de la société juive ils n’ont pas eu le choix. Ils n’étaient pas libres et ce par rapport à la société à laquelle ils appartenaient et non par rapport à leur propre personnalité.
En amour également nous n’avons pas le choix : un ingénieur ne se mariera pas avec une ouvrière. Ce phénomène était encore...
tracking img