Peut-on concilier croissance économique et développement durable?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Correction de la dissertation : Peut-on concilier croissance économique et développement durable ?

Face à la pénurie actuelle de produits alimentaires, aboutissant à de nouvelles émeutes de la faim dans certains pays en développement ; il semble que la production d’agrocarburants, à l’origine destinée à lutter contre l’effet de serre, soit sérieusement remise en cause.
En effet, lacroissance effrénée dans certains pays émergents très peuplés tels que l’Inde et la Chine et ses conséquences sur les changements de consommation alimentaire notamment, explique en partie cette situation. La croissance économique est avant tout déterminée par l’augmentation des biens et services produits sur longue période, c’est à dire l’accumulation des richesses, donc les ressources dont disposentles membres d’une société. Cependant, cette accumulation de richesses produites, qui s’est accélérée au niveau mondial depuis la deuxième moitié du XXè siècle ne s’est pas effectuée sans conséquences négatives pour l’environnement et les inégalités entre pays et à l’intérieur des pays. C’est pourquoi, afin d’éviter un scénario catastrophique dans le futur, le développement durable est devenu unepriorité nécessaire. Il s’agit d’un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.
Il convient alors de se demander si la croissance peut-être compatible avec le développement durable.
C’est pourquoi, nous verrons tout d’abord que si la croissance économique, ainsi que son absence nuisent au développement durable,Il est actuellement inéluctable de concilier croissance et développement durable.

I. La croissance économique, ainsi que son absence nuisent au développement durable

Si la croissance importante des pays développés au cours des « Trente glorieuses » et la croissance rapide des pays émergents ces dernières années nuit considérablement au développement durable, son absence dans certainspays en développement (PED) conduit également à une situation désastreuse.

A. La croissance dans certains pays a conduit à l’augmentation des inégalités et a porté atteinte à l’environnement

Au cours de la seconde moitié du XXè siècle, la croissance des pays développés est devenue très intensive et les gains de productivité dégagés ont alors permis d’améliorer le niveau et les conditionsde vie de la population. Ainsi, les pays les plus riches de la planète en terme de produit intérieur brut (PIB) sont aussi les premiers classés en terme de développement humain. Cependant, ce constat est tout de même à relativiser puisque les Etats-Unis et la Norvège, avec un PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) équivalent en 2003, ont un classement mondial selon l’indice dedéveloppement humain (IDH) différent: la Norvège est première, alors que Etats-Unis ne sont que dixième. L’IDH est un indicateur composite qui regroupe l’espérance de vie à la naissance, le taux d’alphabétisation des adultes et le taux de scolarisation, ainsi que le PIB PPA réel par habitant. Il permet donc de mettre en évidence l’efficacité des politiques de redistribution et dépasse le concept decroissance. De même, l’indice de Gini, qui mesure les inégalités de revenus à l’intérieur d’un pays est beaucoup plus élevé en 2000 aux Etats-Unis qu’en Norvège : 40,8 contre 25,8 ; le premier étant le symbole du capitalisme dérégulé…De même pour les pays émergents, malgré un PIB PPA par habitant plus élevé au Brésil qu’en Chine, ce pays reste l’un des pays les plus inégalitaire au monde : son indicede Gini est de 59,3, contre 44,7 pour la Chine (document 5) !
En outre, cette croissance élevée au cours des « Trente glorieuses », basée sur l’industrie et l’agriculture productiviste s’est effectuée au détriment de l’environnement et a remis en cause de nombreux écosystèmes: pollution des sols, de l’eau, de l’air, épuisement des énergies fossiles, etc. (document 2). Néanmoins, là encore...