Peut-on condamner un baiser sur une toile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Loin d'être du vandalisme, le geste de l'artiste Rindy Sam est un acte d'amour qui parachève l'oeuvre ainsi touchée

L'artiste cambodgienne Rindy Sam a commis, le 19 juillet, à la Galerie Lambert d'Avignon, sur une toile de l'artiste américain Cy Twombly, un geste inouï. Subjuguée en entrant dans la salle où se trouvait un triptyque consacré au Phèdre de Platon autour du Symposium [le Banquet],elle s'est approchée d'une toile immaculée, s'est exposée en écartant les bras. Puis, confie-t-elle, à La Provence : « J'ai déposé un baiser. Une empreinte rouge est restée sur la toile. Je me suis reculée et j'ai trouvé que le tableau était encore plus beau... Vous savez, dans cette salle vouée aux dieux grecs, c'était comme si j'étais bercée, poussée par les dieux... Cette tache rouge surl'écume blanche est le témoignage de cet instant ; du pouvoir de l'art. » Rindy affirme avoir ainsi vécu un acte d'amour d'une grande pureté qu'elle a traduit par ce geste artistique. La galerie a immédiatement porté plainte pour... vandalisme sur cette toile blanche estimée à... 2 millions d'euros. L'artiste a passé la nuit en garde à vue, dans le froid et la saleté d'un cachot, et sera convoquéedevant les tribunaux dans les semaines à venir.
Acte troublant à plus d'un titre, tant il interroge la frontière qui sépare le monde des hommes du monde des dieux ou, si l'on veut parler en termes kantiens, ce qui relève du déterminable de ce qui n'en relève pas.

Le Larousse dit du vandalisme qu'il s'agit d '« un état d'esprit qui consiste à détruire ou mutiler les belles choses et en particulierles oeuvres d'art ». Or rien dans les déclarations de l'artiste ne laisse entrevoir le projet de détériorer, bien au contraire. Il y a dans le geste de Rindy la gratuité d'un acte pris dans toute sa pureté : ni préméditation ni mise en scène médiatique, le seul témoignage demeurant les bandes de vidéosurveillance, dont il conviendra de déterminer par la suite leur statut : pièces à conviction ouoeuvres d'art ?

D'autre part, si l'on reste dans le monde des hommes, dans quel monde une trace de rouge à lèvres sur une toile blanche mérite-t-elle une comparution devant les tribunaux ? S'agit-il d'une maladresse, soit ! Alors un coup de lait démaquillant réparera la bévue. Mais la toile est estimée à 2 millions d'euros, soixante ans de salaire d'un professeur d'université. Il y a ici unrapport dissymétrique qu'il convient d'interroger et peut-être de corriger.

D'un côté, la légitimité affichée par la galerie et l'institution en général qu'une toile blanche puisse prétendre non seulement à accéder au statut d'oeuvre d'art mais aussi à une valeur marchande importante. De l'autre, la non-légitimité à traduire par un acte artistique (un baiser sur une toile) une puissante émotion.Assimiler un bisou, un acte d'une infinie tendresse, à du vandalisme peut constituer un dangereux précédent où l'on verrait l'art marchand officialiser sa haine de l'amour. A ce stade, il semble que le destin du geste artistique de Rindy soit lié à celui du geste artistique de Twombly (la toile blanche). La légitimité de l'un justifiant la légitimité de l'autre.

En effet, si le geste artistique deTwombly (la toile blanche) est légitime, le geste de Rindy est également légitime. Et si le geste de Rindy n'est pas légitime, alors la toile de Twombly perd également sa légitimité. Mais Twombly est un grand artiste, capable par ses oeuvres de produire de puissantes émotions. Et c'est parce que Twombly est un grand artiste que le geste artistique de Rindy est légitime. Mais pour comprendrepourquoi Twombly est un grand artiste, il faut quitter le monde des hommes et nous immerger dans le monde des dieux, autrement dit abandonner le monde de la détermination conceptuelle pour entrer dans celui de l'indétermination et de la finalité sans fin.

Twombly est le représentant d'un art en train de se faire, pas encore momifié, pas encore muséifié : l'art en mouvement, l'art comme expression...
tracking img