Peut-on critiquer la democratie premiere partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (468 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le principe, l’essence de la démocratie ne peut être critiquée. En effet, on peut considérer la démocratie comme le plus juste des régimes par ces principes qui la composent, notamment par celui del’égalité de tous devant la loi. À l’instar des régimes dictatoriaux ou monarchiques, tous les citoyens peut importe leur rang social doivent répondre aux même règles et ont tous les mêmes droits. Ladémocratie respectera alors les droits de l’homme, et punira à la juste mesure sans distinction d’origine, de richesse ou de rang ceux qui enfreindront la loi. La dictature à côté permettra auxpersonnes ayant un rang social important d’enfreindre la loi, l’égalité des hommes, dans un tel régime, n’est alors pas respectée. C’est pour cela que Ruy Barbosa, politicien brésilien, dira que « La piredes démocraties est de loin préférable à la meilleure des dictatures.» La démocratie ne peut être critiquée par le faitque son objectif est de servir le peuple, et celui qui gouverne cet objectif est ce même peuple, cela est la première idée d’après le terme de démocratie, Abraham Lincoln la définira ainsi : « Ladémocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Mais servir le peuple peut prendre plusieurs formes, et peut s’effectuer de différentes manières, selon les opinions dechacun. Un vote doit donc être soumis au peuple afin de déterminer la mise en ordre du fonctionnement de la politique d’état. La démocratie est le plus juste des régimes, parce que contrairement auxdictatures, c’est ici la majorité qui détient alors le pouvoir et non pas une minorité. La démocratie repose donc en grande partie sur le droit d’expression, mais aussi sur la certitude de l’application duvote de la majorité «Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé » (André Guillois, extrait de...
tracking img