Peut on interdire le rire ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1681 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« PEUT-ON INTERDIRE LE RIRE ? »

DISSERTATION
Introduction :
«  L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire. L’animal le plus malheureux et le plus mélancolique est comme de bien entendu le plus allègre » Nietzsche, Fragments posthumes.

Le rire, capacité première de l’homme, est causé par le comique en général et par l'humour en particulier. Le rire est réputépour être contagieux : une personne qui rit amène le rire.
Qui n’a pas été secoué d’un rire irrépressible à la vue d’un homme glissant sur une peau de banane, du professeur tombant de son estrade ou se ridiculisant dans un lapsus éloquent ? 
Malgré tout, est il possible de s’autoriser n’importe quel rire, autrement dit, se sent-on le droit de rire de manière illimitée. La question estdonc de savoir s’il est légitime de traduire les écarts que peut provoquer le rire en interdits juridiques.
Faut-il interdire le rire et organiser une police des mœurs, ce qui est le moteur et le propre de tous régimes totalitaires, ou bien faut-il sauvegarder le droit de liberté de l’esprit, ce qui nous pose le principe d’une réflexion morale et nous oblige à poser les limites de l’ambiguïté durire.
Il est alors possible de réfléchir aux divisions que provoque le rire sans limite imposée ( I ), en montrant cependant que cette caractéristique propre à l’homme peut s’avérer être un outil de ralliement fort et indiscutable ( II ).


Nous allons pouvoir dans une première idée, développer que le rire est une source de division imperceptible, « Le rire à pourfonction d’intimider en humiliant » Henri Bergson.

Quand nous pensons au rire, notre première pensée est positive, nous pensons au fou rire avec les amis, les bons moments, les moments de légèreté.
Cependant cette vision ne peut être la seule du rire, celui-ci n’est pas toujours source de bons moments mais peut provoquer en revanche la tristesse, la méchanceté, le mal-être ou encorel’humiliation.
Plusieurs exemples s’offrent à nous afin de comprendre cette vision du rire.

Le rire vulgaire, trivial ou sexuel n'est pas apprécié de tous, à plus forte raison qu'il est souvent agressif et violent soit envers une catégorie de personne, soit une personne précise.
Exemple avec l’humoriste Jean-Marie Bigard qui refuse, à sa manière, la bienséance, et est souvent perçucomme vulgaire et grossier. Des controverses surgissent de temps en temps à propos de sa complaisance à se spécialiser dans les grossièretés sexuelles.
Il provoque et assume : « Les murs de Paris sont couverts de mes affiches « Bigard bourre Bercy », avec le fameux slip kangourou du « Paquet » qui conforte ma réputation de comique le plus vulgaire de France. Quand on me demande pourquoij'éprouve le besoin d'afficher mes couilles (cette fois, d'ailleurs, ce ne sont pas les miennes, mais des balles de tennis), je réponds que je n'ai pas trouvé plus fort pour anéantir d'un coup tous les tabous »

Il existe également le rire qui peut être la manifestation sonore de la volonté de détruire l'image de l'égo de l'autre, de le blesser. Par le rire nous essayons de cacher tant bienque de mal la dérision cruelle car le rire critère de certitude qui met en avant l’agressivité exprime clairement que quiconque tentera de détruire la vérité du rieur, sera éliminé et donc à son tour attaquée par ce rire « méchant ».
Ces sortes de rieurs s'enferment, au final, dans cette violence, comme on s'enferme dans toutes les sortes de violences, par peur, pour protéger leurs certitudes,leurs idées, leurs façon de voir les choses tels quelles le sont vraiment.
Exemple avec « l’humoriste » Dieudonné qui particulièrement controversé en raison de plusieurs de ses prises de position, voit son image publique se modifier progressivement au cours des années 2000, il est désormais condamné par diverses associations antiracistes et considéré comme une personnalité d'extrême droite par...
tracking img