Peut-on juger les opinions ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6263 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on juger les opinions ?

Une opinion est une croyance, c’est à dire une idée que l’on tient pour vraie, juste ou bonne sans que l’on puisse en fournir de preuve suffisante : elle exprime un jugement personnel ou collectif subjectif peu ou pas argumenté ou dont l’argumentation apparaît rationnellement fautive. En cela toute opinion est en droit critiquable ; c’est même un des rôlesprincipaux de la réflexion philosophique de remettre en question la valeur des opinions, particulièrement celles qui sont largement admises (opinions communes). Mais il semble qu’il faille bien reconnaître que toutes les idées ne sont pas démontrables, particulièrement celles par lesquelles un individu exprime ces sentiments particuliers, érotiques, esthétiques, éthiques ou religieux, voire sa visionpersonnelle du monde et de la vie : au nom de quoi pourrait-on le juger vraie ou fausse, bonne ou mauvaise en soi ? Elle ne vaut que pour lui et de son point de vue : en ce domaine l’individu est la seule mesure possible ; tout au plus pourrions nous juger son opinion comme contraire ou semblable à la nôtre, mais ce ne serait alors que confronter une opinion à une autre sans nous permettre de jugerni l’une, ni l’autre : ce simple constat n’implique, en effet, aucun jugement de valeur. En cela l’opinion engage l’existence autonome de chacun : il y puise le sentiment de son identité singulière, et de sa valeur personnelle et donc de sa dignité. Juger négativement des opinions des autres, dès lors que l’on juge toujours positivement ses propres opinions, serait prétendre avoir le droit dejuger les individus en mal au nom de nos propres opinions, et donc de les mépriser : eux et leurs idées ; ce qui semble aller contre le principe même de la tolérance. Or nous ne pouvons, si l’on est scientifique que juger fausses des hypothèses contredîtes par l’expérience ou qui prétendraient être vraies en dehors de toute expérience possible et mauvais des préjugés intolérants qui justifieraientla violence et la domination de l’homme par l’homme au nom même du respect de la vérité et du bien universels raisonnables. Comment sortir de cette contradiction apparente ? Toutes les opinions se valent-elles ? Sont-elles toutes également respectables, même celles qui récusent la notion de respect de l’autre ? Disposons-nous, et dans quels domaines, de critères universels de jugementsuniversellement valides?

L’enjeu de problème qui nous est posé concerne la relation entre la tolérance, nécessaire à la qualité non-violente des comportements inter-individuels et l’esprit critique indispensable à l’évolution des idées ; ils sont, en effet, les deux fondements de toute société libérale .

1) Dans le domaine des connaissances.

1-1 La vérité (accord entre la pensée et la réalité)universelle est impossible : la raison ne peut se prouver elle-même et rien ne peut nous donner la preuve que le monde est rationnel ; l’expérience est toujours particulière variable et subjective ; elle ne peut valider aucune vérité générale, stable, universelle et définitive. À chacun sa vérité disant le sophiste Protagoras => Il n’y a que des opinions ou croyances ; à la question : « prouve tapreuve » il ne peut y avoir de réponse ; donc toutes les croyances et opinions se valent ; celles qui l’emportent à tel moment bénéficient de circonstances favorables qui l’effet de rapport de forces et d’intérêts favorables. Donc on ne peut juger des opinions qu' en opposant d’autres opinions ; les unes et les autres l’emportent provisoirement tour à tour au grès des circonstances, de l’habiletérhétorique de ceux qui les défendent.
1-2 La vérité objective existe : c’est la vérité scientifique. Le scepticisme est stérile et contradictoire : il prétend récuser la vérité, mais il affirme sa réfutation comme une vérité ; d’autre part il ne peut plus rien connaître, ni même penser et dire, car toute pensée de connaissance s’exprime comme vérité, refuser celle-ci, c’est vider de sens tout...
tracking img