Peut-on ne pas etre soi meme?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on ne pas être soi même ?
Etre soi même présume le principe d’identité personnelle, conscient d’être et une réflexion sur soi pour se découvrir. La question présuppose une contradiction à une donne qui semble donnée : je suis moi-même. En effet, nous sommes nous-mêmes. « Je » est toujours je. Il semble être impossible donc, de ne pas être soi même. « Je » est le sujet de mes actions, de mespensées etc. Nous avons toujours conscience de nous même et de notre identité. Cela étant, il arrive parfois des moments de doute ou nous pouvons penser que ne sommes plus nous-mêmes, emportes par l’étourdissement ou bien la folie. Le « je » n’est plus « moi » mais il s’agit donc d’un « autre » en moi, une autre identité en moi. J’ai parfois l’impression de manquer la maitrise de moi-même.Qu’est-ce être soi même ? Sommes-nous ce que nous pensons être véritablement ? Ou est-ce une simple illusion, une représentation de notre identité qui nous percevons ? En quel sens pouvons nous nous affirmer de ne pas être nous mêmes ? Enfin, sommes nous toujours entièrement nous-mêmes ou faudrait-il s’efforcer à trouver notre identité ?
« Je » est toujours je, nous somme toujours nous-mêmes. Il estimpossible de ne pas être soi même puisque nous sommes conscients de nous-mêmes et conscients du monde qui nous entour d’une manière immédiate. Pour Descartes, on connait toujours à partir de soi (intériorité de la connaissance). Il montre qu’il y a une transparence du Sujet. Celui-ci se connait immédiatement à lui-même. C’est la conscience de soi : J’ai toujours conscience de moi-même. Tant que jepense je sui moi-même d’où dérive le cogito : « Je pense donc je suis » Tant que le sujet est conscient, il se connait immédiatement à lui-même. « Par le mot de pensée, j’entends tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement par nous-mêmes » Cependant, Kant propose que la connaissance de soi est subjective et relative. Le sujet se définit comme la capacité d’unesynthèse. Le sujet se connait a travers sa représentation. Ainsi conscience de soi n’implique pas connaissance de soi. On apparait comme phénomène. Cette conscience que décrit Kant permet l’unité du moi. « Je n’ai donc aucune connaissance de moi tel que je suis mais je me connais seulement tel que je m’apparait à moi-même. » Ainsi, cette conscience immédiate de soi permet de fonder l’unité etl’identité d’un être. Lorsque le sujet est conscient de lui-même, il peut donc établir son identité et son unité. Transition : Or, il arrive des moments ou nous ne sommes plus conscients de nos actes, nos pensées, etc. Nous ne sommes donc plus nous-mêmes.
L’identité du « je » se définit par mes choix, ma personnalité, mes atouts mes faiblesses, etc. Ce sont mes attributs qui définissent la « je ».Toutefois, ces pensées et ces actes, qui semblent néanmoins personnels, sont établis par le monde extérieur, par l’opinion des autres, par les medias, par notre éducation, etc., comme le montre Cicéron dans Les Tusculanes « Il se trouve d’ailleurs que le vulgaire ignorant est sensible à l’idée du beau moral, sans qu’il puisse en distinguer la réalité. C’est ainsi que la renommée et le sentiment dela foule font impression sur lui, vu qu’il appelle beau ce qu’on loue communément» Le monde extérieur, même si nous en sommes pas entièrement conscients, nous influence dans nos pensées et nos actes, on agit de manière a mieux intégrer dans la société. Il n’y a donc pas d’autonomie a la pensée.
De plus, la plus grande partie de notre psychisme est inconnue. Pour Freud, il existe uninconscient, un « autre » en nous : «Je est un autre » -Arthur Rimbaud. Il s’agit de l’inconscient comme dédoublement de la personnalité, l’inconscient qui agit sur le corps et le conscient. Il se définit comme un refoulé et il apparait comme un corps étranger. Le « moi » n’est plus le souverain absolu « Le Moi n’est plus maitre dans sa propre maison ». Pour Freud, il y a un combat incessant en...
tracking img