Peut on ne pas etre soi meme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6507 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cours de philosophie

Programme de terminale

Accueil

Cours [pic]

• LE SUJET :
• Le désir
• La conscience
• L'inconscient
• LA VERITE :
• Le scepticisme
• POLITIQUE :
• Le marxisme
• La justice
• Faut-il obéir ?
• Le biopouvoir
• La liberté
• CULTURE :
• L'art
• La religion
• AUTRES :
• Tous les coursTextes [pic]

• LE SUJET :
• Le désir
• Le bonheur
• La conscience
• L'inconscient
• LA VERITE :
• La démonstration
• POLITIQUE :
• La société
• Le marxisme
• CULTURE :
• L'histoire
• L'art
• DIVERS :
• Le mysticisme
• Pensées exotiques
• Citations

Philosophes [pic]

• Socrate
• Platon
•Montaigne
• Spinoza
• Pascal
• Nietzsche
• Heidegger

Illustrations [pic]

• Histoire de l'art
• Perception et illusion
• Jeux logiques
• La pulsion de mort
• Gravures d'Escher
• Illusions logiques
• Citations

Annales [pic]

• Toutes les annales du Bac
• Bac 2010
• Bac 2009
• Le désir
• La conscience
•L'inconscient
• La liberté

Corrigés [pic]

• Bac 2010
• Bac 2009

Programme [pic]

• Séries générales
• Séries techniques

Autres [pic]

• Forum
• Méthode
• Bibliographie
• Plan du site
• La pensée du jour
• Livre d'or

Blog

[pic][pic][pic][pic][pic][pic]Blaise Pascal (1623-1662)

Par lui-même

C'est-à-dire que cette page se contentedu présenter une sélection, quelque peu ordonnée, d'extraits des Pensées de Pascal.

Table des matières

• Résumé
• Introduction
• Pensées diverses
• Misère et ennui
• Les paradoxes de la justice
• Les limites de la raison
• Le moi : inconnaissable et haïssable
• Misère et grandeur de l'homme
• Apologie de la religion chrétienne

Résumé

•la culture est une seconde nature, qui détruit la première
• notre ennui vient de la misère de notre condition (mort prochaine et tendance incoercible à nous projeter dans le futur) : dès que nous ne sommes plus divertis, nous pensons à nous, donc nous sommes malheureux
• et pourtant tous les hommes désirent être heureux : ce désir prouve le Bien, le paradis, Dieu
• l’homme est doncmisérable, mais aussi grand, car il a la conscience de sa misère et le désir d’y échapper : il n’est ni ange, ni bête ; d’où la vérité du christianisme, qui explique cela par l’origine divine de l’homme (à l’image de Dieu) mais déchu par le péché originel
• ainsi le moi est haïssable, car il est toujours incurablement égoïste et vaniteux
• le moi est aussi inconnaissable, comme toutechose : on ne connaît que les apparences
• d’ailleurs on ne peut guère connaître les choses car tout est différent
• l’homme, pris entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, ne peut presque rien connaître
• d’ailleurs toute vérité, même mathématique, part d’un principe premier indémontrable : la raison prend sa source dans le « cœur » : la raison reconnaît ses limites et laisse laplace au cœur et à la foi
• Pascal constate la diversité des lois, d’où un scepticisme quant au « droit naturel »
• l’homme étant déraisonnable, les lois déraisonnables sont en fait raisonnables : ainsi une loi injuste est en fait juste car elle permet d’éviter les conflits inhérents à la recherche du mérite

Introduction

Blaise Pascal (1623-1662) est surtout connu pour lesPensées, ouvrage constitué de fragments, resté inachevé, et qui devait s’intituler Apologie de la religion chrétienne, ce qui indique assez l’orientation générale. Mais la question des idées de Pascal en matière religieuse n’est pas tranchée, et certains pensent même qu’il était peut-être athée.
Pascal est un penseur pessimiste. Il a une conscience aiguë de la misère de l’homme et des limites de la...
tracking img