Peut-on parler de moyennisation de la socièté ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1342 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans De la Démocratie en Amérique (1840), Alexis de Tocqueville postule que les sociétés démocratiques se caractérisent par la tendance à l’égalisation des conditions, donc par l’émergence d’une vaste classe moyenne. Or, si ce constat est observé au XIXè siècle au sein de la société américaine, il n’en est pas de même des sociétés européennes occidentales, dont la structure sociale correspondplutôt à celle de « l’exploitation » décrite par K. Marx, notamment à la fin du XIXè siècle, lors de l’apogée de la Révolution industrielle.
Cependant, après la seconde guerre mondiale, durant la période de forte croissance économique des « Trente glorieuses » mise en évidence par Jean Fourastié, la tendance à l’augmentation généralisée des niveaux de vie, l’homogénéisation des conditions de vie,marquées par plus de confort, et la hausse massive de la scolarisation ont pu être interprétées comme une « moyennisation » de la société française. La moyennisation peut ainsi être envisagée comme l’idée selon laquelle on assiste à une atténuation des clivages sociaux en correspondance avec le gonflement des couches sociales moyennes aux dépens des catégories privilégiés et des milieuxdéfavorisés. Henri Mendras a donc, conformément à ce constat, élaboré une représentation de la société française en forme de toupie dans La Seconde Révolution Française : 1965-1984 (1988). Néanmoins, l’avènement du chômage de masse, la précarisation de l’emploi et le « retour » des inégalités depuis les années 1980, interpellent ce concept de moyennisation.
Aussi, il convient de s’interroger sur la « validitétemporelle » de cette moyennisation et sur sa pertinence. Autrement dit, l’observation d’une baisse généralisée des inégalités a-t-elle été observée au sein de la société française? Cette moyennisation est-elle encore effective aujourd’hui ?
C’est pourquoi, après avoir montré que la société française a connu une certaine moyennisation au cours des « Trente glorieuses », nous reviendrons sur leslimites de ce concept et sur sa remise en cause depuis les années 1980.

I. La société française a connu une certaine « moyennisation » au cours des « Trente glorieuses »

Cette moyennisation, conformément à la théorie d’Henri Mendras, s’observe tout d’abord par le rapprochement des niveaux de vie, lié au développement de la société salariale. De plus, celui-ci conduit à une amélioration trèsnette des conditions de vie et s’accompagne également d’une scolarisation de plus en plus généralisée.

A. La société salariale se développe et les niveaux de vie entre catégories sociales se rapprochent

Cf. document 1. Les ouvriers ont bénéficié de la hausse de leur pouvoir d’achat lié au système fordiste (expliquer rapidement) au sein des usines. Rapport du salaire des cadres / ouvriers :comparer chiffres 1955-1980. Croissance annuelle depuis 5 ans du pouvoir d'achat du salaire ouvrier (%) : chiffre 1955 (document 4). Ajoutés à la Ö de la part des cadres, des professions intermédiaires et employés (document 1) + première phrase document 2 : formation d’une vaste classe moyenne représentée dans différentes constellations selon H. Mendras (présenter théorie rapidement). R. Castel :avènement de « la société salariale » ; lien avec Ecole de la régulation (R. Boyer). D’où le rôle important également joué par l’Etat-providence (impôts progressifs, etc.).
Eventuellement : validation thèse de S. Kusnets.

Ce rapprochement des niveaux de vie engendre une consommation de masse de biens durables, d’où une amélioration généralisée des conditions de vie. De plus, depuis lesannées 1950, la volonté politique de développement de la scolarisation se traduit par un accès massif à l’enseignement.

B. Les conditions de vie s’améliorent et l’accès à l’enseignement se généralise

Frontières entre classes plus floues liées à ce rapprochement du niveau de vie, mais également des conditions de vie. Celles-ci sont plus « confortables », se généralisent : document 2. +...
tracking img