Peut on parler d'americanisation?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5822 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé d’Histoire
« Mondialisation et Américanisation »

Introduction :
Certains historiens affirment que nous sommes en train de vivre une « troisième mondialisation ». Selon eux, une fois de plus, l’économie se globalise, s’étend à l’ensemble de la planète, et en même temps que cette dernière des modèles sociaux, économiques et culturels conquièrent de nouveaux territoires, remettanten cause les modèles traditionnels de certaines cultures.
Or, ceux qui luttent contre la mondialisation le font souvent au nom de la sauvegarde des populations et des cultures contre un modèle américain, aussi bien économique que culturel, qui aurait installé une domination sans précédent sur l’ensemble de la planète et profiterait de cette situation de force pour exploiter ses ressources.Il est d’ailleurs révélateur que le terme « globalization », dont a été tirée notre « mondialisation », soit tout d’abord apparu aux États-Unis.
En France, les notions d’« américanisation » et de « mondialisation » semblent souvent être considérées comme interchangeables, ce qui nous révèle l’idée que se font les Français de la mondialisation.
La notion d’« américanisation » restecependant très floue et difficile à définir : elle peut désigner à la fois la prédominance culturelle américaine qui pourrait à terme faire disparaître les spécificités des peuples, mais aussi l’hégémonie économique et militaire des Etats-Unis, ou encore le recours aux valeurs et principes américains dans le cadre des négociations politiques internationales.
Qu’en est-il vraiment ?Assistons-nous réellement à une domination économique, culturelle et politique américaine ? Pouvons-nous dire que la « troisième mondialisation » est un instrument au service de la cause américaine ? Bref, en quoi la mondialisation actuelle peut-elle être considérée ou non comme une « américanisation » du monde ? Nous allons, pour tenter de répondre à cette question, rappeler de quelle manière, au cours del’Histoire, les États-Unis d’Amérique ont étendu leur influence sur certaines zones de la planète. Nous explorerons les différentes facettes de ladite « domination américaine » et verrons quelles sont les différentes thèses en présence pour justifier ou non d’une véritable « américanisation » de la planète.

I) Une puissance américaine qui ne s’est investie que récemment sur la scèneinternationale.

A/ Les États-Unis ont longtemps été un pays protectionniste/isolationniste.

Les États-Unis, à leur naissance à la fin du 18e siècle, n’avaient aucune prétention de puissance mondiale. Jusqu’au début du 20e siècle, ils ont eu très fréquemment recours à des politiques de protectionnisme économique, voire d’isolationnisme politique, dans le but de protéger leur économie naissante et de larendre suffisamment forte pour la confronter au système international.
À cette période, c’était l’Europe qui dominait et « occidentalisait » le monde…
Le 19e siècle, notamment, a été l’âge d’or de la domination européenne sur le monde. À cette époque, la Grande-Bretagne domine la planète, exportant aussi bien ses marchandises que son modèle culturel. Les États-Unis ne sont alors qu’unepuissance émergente dont la préoccupation première est de protéger sa toute jeune industrie, et qui a donc recours régulièrement au protectionnisme tel que le définit List, en haussant les tarifs de douane. Avant la Guerre de Sécession (1861-1865), les exportateurs de coton du Sud sont opposés à cette politique de tarifs douaniers élevés car cela freine leurs exportations, mais ils sont moins écoutés queles industriels du Nord-Est qui réussissent à se faire entendre par le Congrès. Cette politique se poursuit jusqu’à la fin du 19e siècle, avec notamment l’élection à la présidence de McKinley, défenseur du protectionnisme, en 1897. La tendance commence à changer vers le tout début du 20e siècle. L’économie américaine étant alors florissante, le pays ose davantage s’ouvrir car il sait qu’il...
tracking img