Peut-on prendre la place d'autrui

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1909 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on se mettre à la place d’autrui ?

Est-ce possible, réalisable de se mettre à la place d’Autrui ? Pouvons-nous réellement oublier qui nous sommes, notre singularité, pour prendre le point de vue d’un autre « je ». Et si vraiment on le pouvait, doit-on tout de même le faire, est ce justifiable ? En effet se mettre à la place de quelqu’un c’est lui prendre une place que l’on considéraitcomme la sienne. On lui considère plusieurs sens : amical : « Mets toi à ma place ! », pour me comprendre, ou au contraire malveillant : « Tu m’as pris ma place ! ». Qu’est ce qu’une place ? Depuis la fin de la dynastie et donc des castes, l’homme n’a plus de place liée à son origine dès sa naissance. La démocratie entraîne une compétition entre chaque individu pour atteindre la meilleur « place »,la meilleure position politique, familiale, économique…, il y a frustration, il n’y a pas assez de bonnes places, tout le monde veut « faire sa place ». Enfin, autrui, c’est le nom philosophique et moral de l’autre homme, pris indépendamment de toute détermination sociale, religieuse ou politique : autrui, peut prendre, en effet, différentes formes ; on parle alors du prochain, du frère, de l’ami,du camarade, de l’adversaire aussi, ou de l’ennemi, du compagnon, du concitoyen, du compatriote. Tandis que les frères partagent un même père, les camarades un même combat, les compatriotes une même patrie, les concitoyens une même cité, autrui et moi partageons la même condition humaine, qui fait de chacun de nous un « moi ». Nous sommes beaucoup plus face à face que côte à côte.
Si autrui estun autre moi, mon semblable, comment pourrait-on prendre la place de ce qui n’a pas de place parce que c’est un mouvement ? Si la condition d'autrui a été et est particulière, selon le milieu dans lequel il est né, selon les défis qu'il a affrontés, selon les rencontres que le hasard ou la volonté lui ont ménagés, selon son corps et son caractère, comment moi qui ait eu d'autres conditionsparticulières pourrais-je me mettre à sa place, comprendre un sens et un texte que je n'ai pas écrit?
Tout d’abord on se demandera si il est nécessaire de comprendre autrui pour prendre sa place. Or peut-on réellement comprendre et ressentir la même chose qu’autrui ; et est-ce vraiment sa place? Donc il est permis de penser que le conflit est une dimension essentielle de la relation avec autrui, et quec’est cette relation qui permettrait à un individu de prendre la place d’un autre.

Chaque jour nous rencontrons des proches, des amis, des voisins, des êtres humains. Nous vivons avec eux, avec autrui, nous sommes plongés dans le milieu de la relation. Nous reconnaissons l’autre à son allure, à sa voix, à ses qualités, à son caractère. Autrui nous est en cela familier.
Du fait qu’il nous estfamilier, que nous le comprenons, que nous ressentons comme lui, cela suffit-il pour prendre la place d’autrui ?
L’expérience d’autrui est familière, mais elle nous plonge aussi dans une formidable diversité ; elle nous fait rencontrer la particularité de chacun. Or pour connaître le plus souvent, que faisons-nous ? Nous nous servons de catégories toutes faites, nous jugeons, au physique, à lareligion, à la culture, au travail… ceci ne décrit pas ce qu’est l’autre, ce qu’il possède en lui, ce qui le rend différent de A ou B. Aristote disait qu’il y a de connaissance que du général et d’existence que du particulier. Comment pouvons nous surmonter cet obstacle ? Qu’est- ce qui nous permet de comprendre autrui ? Pouvons-nous donc prendre sa place ?
Tout d’abord lorsque l’on comprendquelqu’un c’est que l’on ressent ce que lui ressent. On appelle cela l’empathie, étymologiquement : « ce qu’on éprouve dedans ». L’empathie est la faculté de s’identifier à quelqu’un ; Selon Carl Rogers (1902-1987), psychologue humaniste américain, « L’empathie consiste à saisir avec autant d’exactitude que possible, les références internes, et les composants émotionnels, d’une autre personne et à...
tracking img