Peut-on publier l’insoutenable

Pages: 5 (1125 mots) Publié le: 23 mars 2011
Français : Dissertation
«  ? »

La presse à l’heure actuelle, et même dans le passé, publie des photographies que l’on peut classer de « choquantes ». Une question se pose alors à nous : peut-on publier ce genre de photos ? Quelle ne fût pas la réaction de certains (e)s camarades de classe en voyant la photo à l’appui de ce texte argumentatif ? C’est certain, ces images sont répugnantes etchoquent l’opinion publique ! Même moi, j’ai eu un dégout lorsque j’ai aperçu cette photo. Nous allons tenter de répondre ici à cette question qui se pose à beaucoup de personnes.

Premièrement, il est vrai que parfois on peut publier ces images « chocs » ! Que serait la presse écrite sans photos ? Rien ou presque rien je pense. En effet, les photos sont là pour nous informer, pour nous montrercertaines choses indescriptibles par écrit. Je me vois très mal lire un article de journal expliquant les glissements de terrain au Mexique sans photos qui relatent un tel désastre ! Je ne peux pas m’imaginer cette chose affreuse sans « preuve(s) ». Elles montrent au lecteur la souffrance des familles des disparus, la détresse de ces populations. Elles montrent la réalité même si cela nouschoque ! Aurait-on envie d’envoyer des dons au Pakistan suite aux inondations sans avoir aperçu une photo ? Les photos choquent finalement pour qu’on réalise et qu’on se mobilise. On peut reprendre la célèbre devise de Paris Match : « Le poids des mots, le choc des photos ». Certes les mots pèsent sur notre mental mais les photos nous choquent et nous font alors réagir.
Deuxièmement, c’est une visionnon tronquée, réelle. Je m’explique : lorsque quand on écrit un texte, informatif, ou autre, il sera forcément subjectif. On écrit finalement ce que l’on pense et parfois ce que l’on veut ! On n’a pas de preuve visuelle. Sans celle-ci, on se méfiera plus de l’écrit. D’ailleurs combien de personnes ont écrit des textes qui démentaient l’existence des camps de concentration ? Encore à l’heureactuelle, certains nient l’existence de tels camps. Avec les photos, on a des preuves de l’existence de ces endroits d’horreur et de souffrances. Les instances judiciaires se servent aussi de cela : une preuve matérielle, une photo par exemple, a beaucoup plus de poids qu’un message oral, une déposition. Les photos sont aussi là pour laisser des traces dans l’histoire, pour ne pas oublier etéventuellement éviter une même erreur !
Enfin, les photos sont là aussi pour que tout le monde comprenne. En effet certaines personnes, dites analphabètes, ne savent pas lire. Un simple coup d’œil sur une image peut les informer. Ils n’ont pas la chance de pouvoir lire, qu’ils aient au moins la chance d’être informés et de pouvoir se faire une opinion sur le sujet ! Un peu dans le même genre d’idée,certaines publicités, notamment dans les gares, sont choquantes.
Une photo est parfois mieux comprise qu’un texte. Prenons l’exemple d’un homme qui n’a pas le temps de lire l’actualité. Un simple regard vers une photo affichée peut l’informer.
On le constate donc, les photos chocs ont leur place dans notre société. Celles-ci nous informent, montrent la réalité telle quelle est, c’est aussi le droit àl’information pour tous, elles illustrent pour mieux comprendre. Cependant, il existe, on ne peut pas le cacher, des points négatifs à ces publications. Alors, n’a-t-on pas le droit de publier des photos insoutenable ? Par quelques exemples, je vais montrer que la question n’est pas si idiote qu’elle n’y parait.
Tout d’abord, reprenons la photo à l’appui de cette dissertation. N’est-ce pas uneatteinte à la pudeur et à la dignité des victimes ? Je pense que l’on peut répondre positivement à cette question. En effet, je n’aimerais pas me retrouver en photo à la une d’un magazine, se tirant à des millions d’exemplaires, nu ou encore pire, complètement mutilé après des bombardements. La photo vue en classe nous montre une femme complètement mutilée à la suite d’un attentat ; elle est...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • peut on tout dire ou publier sur internet
  • L'Insoutenable Légèreté de l'être est un roman de Milan Kundera, écrit en 1982 et publié pour la première fois en 1984 en...
  • Finances Publi
  • Au nom de l'information, la presse dite "sérieuse" peut elle publier des photos choquantes voir insoutenable pour son public?
  • publier ou périr
  • Publi postage
  • L'insoutenable légereté de l'être
  • L'insoutenable légèreté de l'être

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !