Peut on rire de tout

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1916 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 Peut-on rire de tout ? Et Alors pourquoi rit-on ?
Il faut suivre ici Bergson et remarquer que l’objet du rire est toujours l’humain. Le rire est le propre de l’homme parce que l’homme rit de ce qui lui est propre. « Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. Un paysage pourra être beau, gracieux, sublime, insignifiant ou laid ; il ne sera jamais risible. On rira d’unanimal parce qu’on aura surpris chez lui une attitude d’homme ou une expression humaine. On rira d’un chapeau, mais ce qu’on raille alors, ce n’est pas le morceau de feutre ou de paille, c’est la forme que les hommes lui ont donnée, c’est le caprice humain dont il a pris le moule »
 L’homme rit de ce qui déçoit son idée de l’humain. Ainsi les fonctions grossières de notre nature, ramenées à leurtrivialité sont risibles. (Voir le nombre de blagues ayant pour objet le scatologique ou le sexuel). De même le rire épingle les faiblesses de l’esprit : la niaiserie, la balourdise, l’absurdité ou les faiblesses du caractère : la vanité, l’orgueil, la couardise, l’avarice, les tartuferies ou bien encore les comiques de situation.
 Le rire sanctionne ce qui nous paraît inférieur à ce que nousdevrions être. De là à voir en lui une ruse de la nature, il n’y a qu’un pas, franchi par Bergson par exemple. Le rire aurait une fonction sociale. Il serait le moyen d’obtenir des hommes les conduites souhaitables car rien ne serait plus efficace que la crainte du ridicule ou la peur d’être un objet de risée.
L’analyse de l’essence du risible établit donc que son principe réside dans l’esprithumain. Celui-ci étant sous sa forme immédiate déterminé par un contexte culturel, il va de soi que la pratique du rire varie d’un groupe à un autre. Les blagues des anglais sont parfois hermétiques à un français et réciproquement. Reste que l’homme rit parce qu’il est esprit. Il s’ensuit qu’il est périlleux de prétendre définir des limites a priori. Il suffit que l’esprit s’émancipe des frontièresfixées par le groupe, qu’il s’arrache à toute forme d’engluement, dans la souffrance, dans le sérieux pour faire preuve d’une capacité quasi infinie à transformer en comédie ce que les hommes vivent d’ordinaire sous la forme de la tragédie.
Et cette complicité supposée n’a pas toujours été de bon aloi, c’est ainsi que l’on a pu supposer une origine démoniaque au rire. Les anti-philosophes, quireprésentent le courant chrétien au XVIIIe siècle mais aussi au Moyen-Age, ont bien conscience du caractère subversif du rire. On ne peut pas se moquer de…, rire de…. car cela voudrait dire qu’il y a un choix possible, que l’on peut penser autre chose, autrement. Le rire est synonyme de liberté, par rapport à des dogmes, des dictatures, dont on peut se moquer mais aussi par rapport à des situations. Il enva de ces fous rires qui se déclenchent et qui vont rompre parfois de manière inopportune le sérieux d’une situation, ou une tension prolongée. Le rire est donc libérateur ; il nous place au-dessus de notre humanité remplie de vicissitudes, en butte aux souffrances et à la mort

Je revendique le droit à l'humour : "Il ne faut pas rire des autres mais avec les autres, "Le problème est detrouver le juste équilibre des choses et dans quelles conditions .
Je crois qu'il faut rire de blagues comme l'on rit de celles concernant les juifs, les arabes, enfin toutes les blagues concernant les différences qu'elles soient d'ordre physique, moral, intellectuel ou religieux. Au-delà du rire, il y a nos larmes de douleur ou de détresse que par pudeur certains ne peuvent traduire que par ladérision
A contrario, Descartes n’aurait pas partagé cette vision puisque, dans « Les passions de l’âme », le rire est associé à des sentiments de mépris, voire de haine, car à chaque fois que nous rions, nous nous moquons et nous méprisons quelqu’un, « nous cherchons toujours à railler et à nous moquer des vices ». Pour autant, on peut se moquer des défauts d’une personne sans attenter à sa...
tracking img