Peut-on tout dire?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4810 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 22 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction:

Nous pouvons considérer que le langage est la faculté de symboliser c'est à dire la capacité que nous avons de représenter le réel par un signe et de comprendre ce signe comme représentant le réel. Mais précisément, le langage a-t-il le pouvoir de signifier toute chose? Le sujet qui nous est ici proposé nous demande de nous interroger sur la capacité du langage à dire, àsignifier la réalité. Le langage peut-il en effet rejoindre la totalité du réel ou bien existe-t-il des choses qu échappent à la signification? Autrement dit, y a-t-il de l'inexprimable ou de l'ineffable, comme l'on remarque souvent que “les mots manquent pour le dire“?. Pourquoi les mots feraient-ils d'ailleurs défaut? Il s'agit donc de penser les limites de la signification linguistique. Y a-t-il deschoses hors des mots et que les mots ne pourraient rejoindre, une sorte d'au-delà du discours, ou bien pouvons nous tout signifier et tout dire? Gorgias, un sophiste de l'Antiquité, soutenait par exemple que le langage était incapable de nous permettre de connaître le réel et trahissait la pensée. Ainsi, c'est la question même de la vérité qui apparaît ici: si certaines réalités échappent à lapossibilité d'une désignation, c'est qu'une partie du réel échappe aussi peut être à la possibilité que nous aurions de tenir sur elle un discours de vérité. Dès lors, le sujet doit nous conduire à une réflexion sur l'insuffisance des mots et sur d'autres modes d'expression qui tenteraient de remédier aux limites du langage ordinaire. Quel est, au fond, le pouvoir des signes et faut-il considérer commele pensait Eluard que “les mots ne mentent pas“? Enfin, si cette question se pose, c'est que sans doute l'effort de l'homme pour dire le monde scientifiquement, artistiquement, philosophiquement…, n'est jamais achevé et que peut être, tout n'a pas été encore vraiment dit. Cette idée justifirait alors le travail infini de l'expression.

I LA QUESTION DE L'INDICIBLE. “Ce dont on ne peut parler,il faut le taire” Wittgenstein.

Le langage a-t-il le pouvoir de signifier toutes choses? Il ne s'agit pas ici la question en un sens exhaustif: tout au sens de la totalité équivaudrait sans doute à ne rien dire du tout, mais en sens authentique: dire correctement que l'on veut exprimer. Or, tout ne semble pas réductible au langage. Il semble qu'il existe de l'indicible qui ait un sens. N'y at-ilpas un ineffable qui nous entraîne vers le silence, la contemplation ou l'intuition plutôt que vers une parole qui peut apparaître comme inadéquate à l'expression et vers un bavardage qui peut nous paraître futile?

A La pensée hors du langage.

Si je définis la pensée seulement comme raisonnement, jugement ou capacité de posséder des concepts, il semble que la pensée ne puisse ne se produireque dans et par le langage. Mais la pensée se limite-elle aux raisonnement logiques, c'est à dire à la capacité de juger en produisant des phrases? Selon Bergson, le langage, résultat de la pensée conceptuelle, est incapable d'exprimer la pensée pure que constitue la pensée intuitive qui est de l'ordre de l'évidence immédiate. Par exemple, l'expérience de la conscience comme immédiateté del'esprit à lui-même semble donnée avant toute expérience linguistique. Je peux donc vivre une intuition immédiate sans pouvoir être capable de la restituer. Ainsi, “nous échouons à dire ce que notre âme ressent” et notre pensée demeure incommensurable avec le langage. Cette vision directe de l'esprit distincte du langage nous pensons l'expérimenter à différentes occasions, lorsque nous cherchons lesmots, lorsque le langage paraît inapte à retraduire la réalité dans toutes ses nuances et sa complexité, aussi bien notre réalité intérieure que celle qui est extérieure:

* La perception: Il semble difficile par exemple de traduire par les mots ce qu'est une sensation. Comme le précisait Leibniz, nous ne saurions connaître le goût de l'ananas par la relation de nos voyageurs”. (on pourrait...
tracking img