Peut-on vivre sans les autres?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3021 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on vivre sans les autres?
→ autrui
→ perception
→ société
→ langage
→ culture
→ sujet
→ société
→ liberté
Intro: Claudel (dans l'animal) raconte l'histoire d'un solitaire donc la bascule tout d'un coup, son train-train habituel est soudainement rompu par une image au JT. Tout le bel ordre se déglingue progressivement. C'est l'histoire d'un homme qui a oublié qu'ily a des autres alors qu'il les côtoie tous les jours. Nous avons ici un personnage solipsiste et auto suffisant : autarcie. Cette existence paraît absurde (différent de gratuit)
La prise de conscience de l'autre se fait par l'expérience de la souffrance, pas la sienne, celle d'autrui, celle d'un inconnu. Cette homme fait l'expérience de la pitié, il va ressentir. Quelque chose est venu romprela solitude du personnage malgré lui et accidentellement. Il vivait bien au milieu des autres sans vivre avec eux. Les autres ne sont que des objets dans son décor quotidien.
Or, puis-je ignorer les autres au point de les évacuer de mon existence? Autrui n'est-il pour moi qu'une chose parmi les autres? Vivre sans les autres n'est-ce pas se condamner à ne plus pouvoir exister?
On cherchera àmontrer que si la solitude peut être tentante, on ne peut se découvrir comme conscience et s'accomplir comme être humain que dans le ''vivre ensemble''
Nous avons besoin des autres pour exister à nous même, pour exister à mes propres yeux, je dois exister aux yeux des autres.
Vivre sans les autres peut se faire de différente façons:
Solitude; cela peut être un choix, la solitude noussommes plus ''naturelle'', c'est un repli sur soi même: un refus du monde extérieur. Nous avons besoin de moment de solitude pour se retrouver.
Isolement; cela peut être un choix, c'est souvent une sanction → provoqué. C'est une connotation physique.
Désolation; cela n'est pas un choix, c'est une solitude forte que je ressens aux milieux des autres, lorsque nous sommesdésespéré, nous sommes seul et sans aide.
Tout ces mots repose sur la même racine; solus (seul)
ATTENTION: autrui est tout le monde
I/ L'impossible solitude
A/ Autrui: une présence incontournable
On échappe pas à la présence d'autrui. En effet, tout autour de moi réfère à autrui.
Ex de Robinson Crusoé – Tournier B/ Autrui: structure de mon champ perceptif
En effet, quevalent mes impressions si personne n'est là pour les confirmer? Comment savoir si je ne suis pas fou? => autrui est donc nécessaire à ma perception de monde. Robinson a la quasi certitude qu'il est seul sur l'île. Autrui n'est ni là actuellement, ni virtuellement => désolation.
Conséquence 1: Robinson ne peut plus comprendre les choses qui l'entoure → plus personne n'est là pour lui confirmerses impressions.
Nous avons besoin de l'intersubjectivité pour élaborer une vision commune du monde qui serait valable pour tous.
Conséquence 2: Robinson finit par douter de l'existence même des choses → personne n'est là pour confirmer l'existence du monde autour de lui (Rêve?)
Conséquence 3: Robinson doute, pour finir, de sa propre existence: il s'oublie en tant que sujet, sapersonnalité éclate, il perd son identité
La perte d'autrui entraîne la perte de la perception du monde qui entraîne elle même la perte de mon rapport à l'extériorité qui entraîne le replie sur soi. Une vie repliée sur elle même se vide de tout contenu. On voit alors apparaître le rôle fondamental dans la conscience de soi. Sans lui, je peux pas exister en tant que conscience.
C/ Autrui: condition del'existence et de la connaissance de soi.
Pour Sartre, quand un sujet commence à dire ''je'', il se comprend comme sujet et en même temps, il découvre qu'il y a d'autre sujet qui ne sont pas lui. Le regard de l'autre sur nous peut être négatif donc on pourrait penser que nous avons pas besoin des autres pour avoir un avis sur nous même mais si le sujet est totalement fermé sur lui même, il...
tracking img