Phèdre acte i scène 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1353 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
PHEDRE (1677)
Acte I, scène 3



PHEDRE

Mon mal vient de plus loin. A peine (1) au fils d'Egée (2)
Sous les lois de l'hymen je m'étais engagée,
Mon repos, mon bonheur semblait être affermi,
Athènes me montra mon superbe ennemi.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;
Je sentis tout moncorps et transir (3) et brûler ;
Je reconnus Vénus (4) et ses feux redoutables,
D'un sang qu'elle poursuit (5) tourments inévitables
Par des vœux assidus je crus les détourner :
Je luis bâtis un temple, et pris soin de l'orner ;
De victimes moi-même à toute heure entourée,
Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée.
D'un incurable amour remèdes impuissants !
En vain sur les autels mamain brûlait l'encens :
Quand ma bouche implorait le nom de la Déesse,
J'adorais Hypolite ; et le voyant sans cesse,
Même au pied des autels que je faisais fumer,
J'offrais tout à ce Dieu que je n'osais nommer.
Je l'évitais partout. O comble de misère !
Mes yeux le retrouvaient dans les traits de son père
Contre moi-même enfin j'osai me révolter :
J'excitai mon courage à le persécuter.Pour bannir l'ennemi dont j'étais idolâtre,
J'affectai les chagrins d'une injuste marâtre ;
Je pressai son exil, et mes cris éternels
L'arrachèrent du sein et des bras paternels.
Je respirais, Oenone ; et depuis son absence,
Mes jours moins agités coulaient dans l'innocence.

Notes:

1 Depuis peu.
2 C'est-à-dire Thésee, son époux, et le père d'Hippolyte
3 Etre saisi de froid.
4 L'actionde Vénus.



1/ Etudier le champ lexical de la religion.

2/ Etudier les manifestations de l'amour

3/ Repérer et interpréter un chiasme, un enjambement, une rime, un rythme particulier, une antithèse, une antéposition (inversion des éléments de la phrase par rapport à l'ordre des mots dans la phrase courante).

4/ Recherchez dans un dictionnaire qui sont Ariane, Pasiphaé et Phèdre.C.C. PHEDRE : Scène 3, I vers 269 à 299 " innocence "



COMMENTAIRE




INTRODUCTION
Phèdre (1677) dernière tragédie inspirée de l'Antiquité - sommet de sa gloire.

• Thésée, époux de Phèdre et père d'Hyppolyte, absent du royaume. Scène 3 1ère scène ou Phèdre apparaît. Elle veut mourir et sous les questions d'Oenone, sa confidente, elle finit par avouer la source de son mal :l'amour qu'elle voue à Hyppolite (lecture).

• Tirade sous forme de récit lyrique où elle reconstitue les étapes de sa passion, c'est-à-dire la naissance de cet amour monstrueux et les tentatives pour y échapper.

Comment l'expression de l'amour fait apparaître une violence tragique ?



I - Les manifestations de l'amour

manifestations paradoxales qui témoignent du désordre amoureux né dupremier regard.



A - Troubles physiques

-> marqués par l'oxymore, signe de la dépossession de soi.

• couleurs du visage qui témoignent de l'intensité de l'amour : succession de couleurs oxymoriques : " je rougis, je palis "-> assonance en i ; juxtaposition qui met en relief le passage d'une extrémité à l'autre, et la puissance du regard ; à la fois amour et signe de la honte (larougeur)

• aveuglement ->vers 275) : l'acte de voir par sa violence même produit la nuit en elle

+ absence de respiration : vers 297 " Je respirais " -> oppression de l'amour

• mutisme : vers 275

juxtaposition de manifestations relevant de la perte des sens

vers 276 : manifestation oxymorique : à la fois corps glacé et brûlant - insistance sur le paradoxe par répétition de " et "reprend l'oxymore initiale : rougis -> brûler (feu) = amour

palis -> transir (froid) = effroi

• métaphore de la maladie : " mon mal " + " incurable amour"

-> Amour qui se manifeste d'emblée par des troubles physiques opposés, ce qui montre la scission de l'être entre sa volonté et l'expression du corps : absence de maîtrise de soi.



B - Troubles moraux

• visibles déjà dans la...