Phedre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L’aveu de Phèdre (Acte II, 5)
Objectifs :
- Justifier le choix d'une forme de prise de parole théâtrale particulière : la tirade.
- Faire connaissance avec un personnage tragique, Phèdre, et en percevoir la complexité.


Page 292 à 295 de Lagarde et Michard


1- Distingue les étapes de l’aveu progressif de Phèdre. Par quel détour habile cet aveu reste longtemps indirect et voilé ?Nous pouvons voir 3 parties :
La 1ère : portrait de Thésée…en Hippolyte.
La 2e : le fils substitué au père.
La 3e : Phèdre se substitue à Ariane.

Il y a un glissement. Phèdre parle de Thésée puis de Thésée jeune. Elle parle d’Ariane pour enfin finir avec Hippolyte a la place de Thésée jeune et Phèdre a la place d’Ariane.


2- Explique l’attitude d’Hippolyte

L’attitude d’Hippolyteest neutre au début car il croit de sa belle-mère parle de son amour pour son père Thésée. Son attitude passe de l’horreur au mépris quand elle parle de lui et d’elle.

3- Comment se traduit le caractère irrésistible de cette passion dans les vers 1 à 40.

Le caractère irrésistible de cette passion est décrit par Phèdre quand elle fait l’éloge de Thésée jeune/Hippolyte.

4- Etudie lapart de l’imagination et du rêve dans les sentiments de l’héroïne

Phèdre rêve de retomber amoureuse de ce Thésée jeune qu’elle revoie dans Hippolyte.

5 – Définis les caractères de la passion racinienne d’après les vers 61 à 71

Phèdre fait pitié car nous savons, nous spectateur/lecteur, que Hippolyte aime Aricie. Nous avons envie d’arrêter Phèdre dans sa tirade car elle est en train d’avouerson amour pour Hippolyte. Elle suit sa passion et non sa raison.





6. Quels éléments du texte montrent que cet aveu est une véritable libération pour
Phèdre ? Pourquoi, dans cette perspective, le choix de la forme de la tirade est-il
Pertinent ?

Elle est directe dans la forme de ses phrases « je ne t’aimais pas moins ». Elle lui demande de la tuer car elle sait que ce qu’elle vientde dire est impardonnable et se sentira libérer par la mort. Elle provoque Hippolyte par l’aveu de son amour afin qu’il sois contraint de la tuer.

7. Montrez que cette tirade permet aussi à Phèdre de laisser parler son cœur, laissant ainsi s'exprimer toute la violence de sa passion (la "fureur"). Prenez appui sur des procédés précis.

Elle utilise des hyperbole : « odieuse », « inhumaine »,« haine », « tu me haïssait plus, je ne t’aimais pas moins », « j’ai langui, j’ai séché, dans les feux, dans les larmes ».

8. Racine écrit à propos de son personnage : "en effet, Phèdre n'est ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente" (préface) : quels éléments laissent entendre que Phèdre se sent coupable d'aimer Hippolyte ? En quoi est-elle aussi victime du Destin ?

Phèdre se senscoupable d’aimer Hippolyte car sa raison lui dit de rester fidèle à Thésée et que Hippolyte est son beau-fils. Elle est victime du destin car elle est quand même ravagée par la passion, d’aimer Hippolyte.



9. Quels procédés Phèdre utilise-t-elle pour interpeller Hippolyte ? A quoi devine-t-on l'impassibilité de ce dernier ? Expliquez en quoi cela renforce le pathétique de la scène.

Phèdredécrit Hippolyte comme un Thésée jeune. Hippolyte est impassible car Thésée est un héros et il ne montre pas sa joie. Le pathétique est montré par les essaies vains de Phèdre d’avoir l’attention d’Hippolyte.

10- cite les règles d’une tragédie classique en les définissants.

« Qu’en un jour, qu’en un lieu, un seul fait soit accompli
Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli »
Boileau
La règledes 3 unités.


11. Quels sont les auteurs de tragédie que tu connais, situe l’époque et les spécificités

-Racine XVIIème siècle. Il est le « père » de la tragédie moderne. Avec Boileau, il a instauré la règle des 3 unités.
-Sophocle Antiquité, IVème siècle avant J-C. Il a écrit « Œdipe Roi », « Antigone » et une dizaine d’autres pièces de théâtre.


12. Définis à partir du cours les...
tracking img