Philo - commentaire de texte - sartre l'amour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1487 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans ce texte, Jean-Paul Sartre aborde la question de la relation à autrui, notamment lorsqu’il est question d’amour et de passion entre deux êtres. Le problème est de savoir si aimer quelqu’un, c’est le déposséder de toute liberté en se l’appropriant ? En effet, l’amour est connu pour être accaparant, naturellement excessif selon les degrés d’intensités de sentiments envers l’être aimé. Ainsi,l’amour n’est pas qu’une simple reconnaissance à autrui parmi tant d’autre puisqu’il aspire à l’exclusivité. Mais un second problème se pose alors, puisque l’être aimé vous aime en retour, et si l’amour s’impose à lui, quels sont les intérêts à le priver de sa liberté ? Nous sommes alors confrontés à un cas de servitude volontaire en termes de privation de liberté librement consentie. L’auteursoutient alors que l’amour est contradictoire puisque l’on attend de l’autre qu’il renonce à sa liberté librement, ainsi ce n’est que par l’intermédiaire d’un jeu amoureux irrationnel et incontournable, tiré de l’imagination que ce fait peut se produire. L’enjeu de ce texte est donc de démontrer que la charnière de l’amour est avant tout basée sur la liberté de la conscience.
Le raisonnementsuivi tout au long de ce texte se présente de manière contradictoire, et l’auteur prend un contrepied à deux notions opposés mais fatalement mise en relation au sein d’une relation amoureuse : la liberté et l’asservissement. Cette dialectique pourrait être divisée en trois grandes parties : il y a tout d’abord au sein du rapport amoureux entre deux être une alternative sans résolution entre asservircelui que l’on aime ou le laisser libre de sentiments et de passions, puis il y a alors la volonté de l’amant d’associer ces deux même notions au sein de son couple mais elles sont bien entendu incompatibles, et finalement ce n’est que grâce au jeu de l’imagination qui entretiendra illusions et fictions que les deux amants parviendrons à transcender cette incompatibilité et vivre leur amoursereinement.

Tout d’abord, J-P Sartre débute son raisonnement en exposant les contradictions amoureuses au sein d’un couple. Ainsi, dans un premier temps, aimé, pour l’amant c’est vouloir disposer de l’autre, en tant qu’autre, et non en tant qu’objet, mais en tant que sujet libre. L’amour qui est ici accusé est l’amour passionnel et fanatique qui deviendrait alors passif et subit par les deux amantset ainsi proche de l’asservissement. Ce n’est ici en aucun cas ce que l’amant attend de l’être aimé, mais il attendrait plutôt de lui un comportement apte à l’étonner et à se dérober à lui, qui lui résisterait parfois, et qui serait surtout un être conscient qui aime par son libre choix. Alors, prétendre à l’amour réciproque, c’est vouloir un choix libre de la part de l’autre.Cependant c’est ici que se trouve la contradiction amoureuse, cause des problèmes relationnels au sein d’un couple, puisque cette promesse (aboutissement d’une décision libre de la part de l’être aimé) n’est pas non plus ce qu’attend l’amant de l’autre. « Qui se contenterait d’un amour qui se donnerait comme pure fidélité à la foi jurée ? » ; cette interrogation veut dire que la liberté sous son aspect leplus pur, c’est-à-dire sans aucune forme de déterminisme possible d’affecté le libre arbitre de l’autre être conscient, n’est pas compatible avec l’amour, même si ce dernier le réclame car pour Sartre l’amour est avant tout la volonté de posséder l’autre. Prenons par exemple le concept de la fidélité : cette qualité peut s’avérer ambiguë au sein d’un couple dans la mesure où elle est un choixvoulu mais qui suppose aussi en même temps que l’adultère est une éventualité ou un penchant au sein d’un couple, et cela l’amant ne peut le concevoir !

Ensuite, J-P Sartre va nous exposer la manière dont les amants vont tenter d’associer les deux mêmes notions propres à une relation amoureuse. « Ainsi l’amant demande le serment et s’irrite du serment » ; de ce fait en revenant au thème de la...