Philo: peut-on fonder la morale sur la religion.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1754 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on fonder la morale sur la religion?

Loyauté, honnêteté, respect, amour, pardon...des valeurs morales communes à toutes les religions, qu'elles soient monothéistes, polythéistes ou même sans dieu. Cependant, que dire de l'interdiction du mariage homosexuel par la plupart des communautés religieuses? De la mutilation des femmes, par l'excision ou la lapidation, dans d'autres? De lapersécution d'individus de croyances différentes? La morale (du latin moralitas, «comportement approprié») est l'ensemble de principes de jugement et des règles de conduite correspondant au juste et à l'injuste, au «bien» et au «mal». La religion, bien plus difficile à définir à cause de sa diversité, serait un lien rattachant les hommes à (aux) divinité(s) (mais pas obligatoirement, le bouddhismen'ayant pas de dieu) et regrouperait toutes les croyances, pratiques et dogmes qui unissent les hommes dans la foi et dans des communautés religieuses. Ainsi, peut-on fonder la morale sur la religion? Se demander si on peut fonder la morale sur la religion, c'est se demander si la morale est un sens social presque «inné» et universel ou bien qu'elle a besoin de fondements religieux, en dépit de sapluralité et du nombre non-négligeable de non-croyants. Autrement dit, la morale est-elle totalement indépendante de la religion ou a-t-elle besoin de bases religieuses afin d'être uniformément inculquée?

Le monde moderne démontre que de plus en plus d'individus se détournent progressivement de la religion et sont poussés vers l'athéisme ou, du moins, l'agnosticisme. L'athéisme est une «doctrineniant l'existence de Dieu ou de toute autre divinité». Bien que déjà présent dans les sociétés avant la naissance du Christ (le philosophe grec Diagoras, du quatrième siècle avant JC, est considéré comme le premier athée), puis revendiqué par Nieztsche avec son célèbre «Dieu est mort!», l'athéisme un phénomène actuel (d'après le Britanica Book of Year, il y avait dans le monde en 1994 plus d'unmilliard d'agnostiques et d'athées) qui peut être expliqué par les progrès scientifiques en tout genre qui rassurent les hommes de leur peur de la mort. Pourtant, l'athéisme croissant n'engendre pas un déclin de la morale, ce qui aurait été le cas si la morale était entièrement fondée sur la religion, bien qu'elle devienne de plus en plus individualiste (beaucoup d'individus créent une moralepersonnelle. Ainsi, la société elle-même peut édifier la morale; par exemple, je n'ai pas besoin de la religion pour savoir que piller la maison de mon voisin, c'est «mal», car je sais comment je réagirai si cela m'arrivait, donc je ne le fais pas. Dans Fondements de la métaphysique des mœurs, Emmanuel Kant déclare que «La conscience morale n'est pas quelque chose que l'on soit susceptible d'acquérir, etil n'y a pas de devoir ordonnant de se procurer cette conscience; mais tout homme, en tant qu'être moral, possède en lui, originairement, une telle conscience». Autrement dit, Kant affirme que chaque homme détient des valeurs morales innées qui lui permettent de vivre en société, et que ce n'est pas la religion, malgré toutes les obligations dites morales qu'elle implique, qui dicte la conduitedes individus dans un groupe.
La morale ne serait donc pas fondamentalement religieuse et donc laïque, car, comme le disait Voltaire: «c'est l'État qui doit s'imposer contre la religion». En France, toutes les écoles publiques proposent un enseignement laïque, et non dépourvu de morale pour autant: l'éducation forme les hommes à faire preuve de civisme (respect des professeurs, entraide entreélèves, etc.). Si la morale était basée sur la religion, chaque établissement religieux inculquerait ses propres valeurs morales, ce qui créerait des discordes dues aux contradictions entre les différentes religions (les religions chrétiennes et musulmanes voudraient que les élèves désobéissants soient battus, contrairement aux judaïsme et bouddhisme, qui prônent la non-violence et respect de la...
tracking img