Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (699 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce sujet interroge sur le rapport passé, présent, futur, suggérant que le passé est un poids et que l’action historique et individuelle doit s’en libérer pour être ! Tout cela avec un œil favorablepour le futur, promesse de nouveauté, d’inconnu, et donc livré à tous les imaginaires, par opposition au passé trop commun et rabâché. Pourtant, négliger le passé peut être un danger et peut-être quel’obstacle est plutôt le présent et ce qu’il peut être.
Auteurs en référence : Nietzsche, Aron, Sartre (liberté, projet)
Plan proposé :
I. Dans le passé, pas d’avenir
II. Sans conscience du passé,pas d’avenir
III. Autres conditions : avoir un futur est différent d’avoir un avenir
I. Dans le passé, pas d’avenir
Oublier = ignorer, ne pas tenir compte, laisser tomber…
1. Ne peut apparaître quele passé soit une contrainte pour faire le futur : on peut ici penser à la critique nietzschéenne.
Dans la seconde considération intempestive de l’excès de conscience historique qui a pourconséquences :
* le passéisme -> la « manie de l’antiquaille » -> incapacité à se tourner vers l’avenir, qui est disqualifié par avance
* l’esprit de vengeance -> on est incapable de voir leprésent détaché du passé, on y rejoue le passé d’où répétition, piétinement, absence de progrès
* on avance dans le présent à la manière d’un « chien limier », on cherche des traces, incapable desaisir le neuf, d’envisager d’autres possibles.
2. Inutilité des leçons de l’histoire : chaque événement est une seule et unique fois, avec changement de contexte, d’acteurs, etc. Ne pas avoir la mémoirede son passé, c’est le subir, comme celui qui souffre d’un passé caché, non su.
Transition : Négliger le passé peut apparaître comme quelque chose de nécessaire, mais est-ce pour autant légitime etraisonnable de n’avoir aucune connaissance du passé ? Peut-on le nier ?
II. Sans conscience du passé, pas d’avenir
1. On peut bien sûr penser au devoir de mémoire comme un hommage, une dette...
tracking img