Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
3
c. Laquelle des deux réponses me paraît-elle la plus juste ?
La réponse paradoxale est celle vers laquelle j’orienterais ma réponse même si je
nuancerais sans doute pour montrerque tous les désirs ne sont pas « bons ».
d. Objectif (que vais-je chercher à montrer ?) :
Je vais chercher à montrer que le désir est essentiel, qu’il est constitutif de notreêtre-au-
monde. Exister, c’est désirer. Une vie sans désirs est inconcevable et un état continu de
satisfaction se retourne contre lui-même et tourne au radotage, à l’ennui, pourreprendre
une formule de Jankélévitch. Oui, le désir peut être cause de souffrance mais le désir est

ce qui oriente l’action. Si la souffrance est passive, le désir est avant toutactif. On ne peut donc pas se contenter de dire que désirer, c’est souffrir. Désirer, c’est être, au sens où Spinoza l’entend.
3. Elaboration du plan :
Première partie : Dans la mesureoù le désir est privation, le désir est cause de souffrance.
Il n’y a pas de désir sans souffrance puisque le désir naît d’un malaise que nous cherchons
à apaiser ou d’un manque quenous cherchons à combler.
Deuxième partie : La souffrance que cause le désir est une souffrance nécessaire. Souffrir
n’est d’ailleurs pas le terme le plus approprié quand on décritle mécanisme du désir ; peut-
être serait-il plus judicieux de parler de tension. C’est cette tension qui fait naître la
détermination ; c’est cette tension qui oriente l’action etqui peut même conduire
quelqu’un à se surpasser pour atteindre son objectif.
Troisième partie : Le désir est essentiel mais tout désir n’est pas nécessairement « bon » à
poursuivre.Il faut savoir en maîtriser certains pour ne poursuivre que ceux qui
permettent à l’homme de s’accomplir, de se réaliser et de vivre heureux.
4. Introduction (étape par étape)
tracking img