Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Le juste et l’injuste sont-ils des conventions ?
l est facile d'être informé de la relativité apparente des notions de juste et d'injuste et de leurs applications :certains Etats ont supprimé la peine de mort alors que d'autres la conservent. Le juste et l'injuste sont en effet définis par le droit, qui est formulé de façon locale ounationale, par un ensemble de lois et de sanctions prévues en cas d'infraction. Faut-il s'en tenir à cette diversité, ou doit-on chercher à concevoir au contraire le juste etl'injuste comme fondés autrement que sur de simples conventions arbitraires, et, au moins potentiellement, comme universels?
Le problème n’est pas de savoir si, en fait, lejuste et l’injuste ne sont jamais distinguées et définis que par conventions. Il est surtout de savoir s’ils peuvent et doivent l’être en droit. Cette question est celle quinous importe car une notion de juste et l’injuste fondée sur des conventions ne peut pas valoir que ce que valent ces conventions elles mêmes.
Le juste et l'injuste nesont-ils que des conventions humaines ? Ces valeurs suprêmes ne sont-elles que l'émanation d'un accord entre une majorité de personnes à un moment donné de l'histoire des hommes? Ne s'agit-il pas, au contraire, de valeurs immuables et universelles ? Mais que seraient le juste et l'injuste sans pouvoir pour les faire respecter ? Nous verrons dans unpremier temps le juste et l‘injuste conventionnellement, pour envisager dans une seconde partie que le juste et l’injuste dérivent de la considération de la nature humaine :il y a un droit naturel et dans une dernière partie que le juste et l’injuste doivent être posés juridiquement par un législateur puisqu’il dérivent du droit naturel.

I
tracking img