Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Atelier philosophique :

Ludwig WITTGENSTEIN



Mardi 27 Mai 2008 à 20 h 30

28 participants

1. Annonce de la date de l’Assemblée Générale de l’Espace Culturel protestant : après le prochain atelier philosophique : le mardi 24 Juin vers 21 h 30.

2. Atelier sur Ludwig Wittgenstein :

Sa pensée est peu familière aux francophones : peu lu et ensuitecondamné : c’est une philosophie dite analytique.

Rudi propose un exercice pour savoir de quoi il parle. Pensée analytique qui procède en aphorismes très courts. Le texte qui sera ensuite proposé sera particulièrement court et tiendra sur un écran.

Comparaison de deux phrases : Le Petit Prince existe ; Dieu existe. On peut mettre également cela à la négative. Deux phrases de même structure, maispas de démonstration. Problème de rapport du sens de la phrase à la réalité. On compare normalement à la réalité, point de départ de l a philosophie du langage. Ici, on prend les 2 noms et on essaie de les comparer à la réalité. Le Petit Prince existe dans un livre et Dieu aussi.

Dieu est amour, dieu est brun. Question : pourquoi est-on sûr que la 2ème proposition ne peut être vraie ? La2ème est en dehors du vérifiable. Dieu est amour nous renvoie à la métaphysique de laquelle nous avons l’habitude. Dieu est brun, on s’en moque. Même problème de non-possibilité de vérifier pour les deux. Comment arrive-t-on à savoir dans le langage ce qui est vrai et ce qui est faux ? C’est le problème de toute notre communication. Comment donner un statut de vérité. Le mot Amour tout seul : peut-ondire ce que cela veut dire avant de le dire.
C’est le tournant linguistique dans la philosophie du 20ème siècle en réponse au nihilisme. On prend conscience de la difficulté de comprendre les énoncés, dans la continuité de Nietzsche. Dieu, Amour, en soi, ne signifient rien. Par la critique du langage on élimine certains problèmes de la philosophie. Sortir du nihilisme et par une démarche depensée, donner de la signification aux mots, Dieu le 1er.

Wittgenstein écrit comme un mathématicien, avec peu de preuves, peu d’explications.
Entrer dans la matière de ses textes. Texte publié en 1922 : Tractatus logico-philosophicus. En référence au texte de Spinoza Tractatus logico theologicus.

Entrons dans la pensée de Ludwig Wittgenstein. En conclusion, on verra sa biographie.Pensée qui n’est pas littéraire contrairement à Nietzsche.

Idée fondamentale : ce qu’on peut dire, on peut le dire clairement, et ce qu’on ne peut pas dire, il faut le taire.
Wittgenstein a une pensée éthique qui s’oppose au vide de Nietzsche. Rétablir le sens dans une visée éthique. Ce défi éthique a longtemps été oublié et on a pris le Tractatus pour un jeu théorique.. Il ne voulaitpas faire de la théorie, mais donner un sens à ce qui se dit et à ce qui se fait.
La forme du texte : phrases-clé numérotées de 1 à 7 disposées par ordre croissant en importance pour la construction de la pensée. Puis phrases éclairant l’aphorisme–clé.

« 1 Le monde est tout ce qui est le cas : Die Welt ist Alles, was der Fall ist.

1. Le monde est la totalité des faits, non deschoses…

2. Le monde se décompose en faits »

Notions-clé utilisées par Wittgenstein pour dire cette perception du langage et du monde.

Qu’est-ce qu’un fait, quels sont les objets et quelle est la substance ?

Qu’est-ce qu’un fait ? les objets : Amour, Dieu, la pomme, en soi n’ont pas de sens. Les petites unités qui constituent le langage n’ont plus de sens.

La pomme estconstituée de faits : la pomme est ronde. On signifie les objets par d’autres objets : la pomme pousse sur l’arbre. On construit le langage différemment de ce que faisait la théologie du Moyen-Age et de Nietzsche. On comprend Dieu, l’Etre et l’Amour. On comprend les choses comme des objets isolés qui sont dans des combinaisons nombreuses qui sont possibles. Entraîne au 19è la chute de la...
tracking img