Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1497 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L'homme est-il voué à jouer un personnage?
INTRODUCTION :
"Personnage" est un terme qui semble appartenir davantage au registre de la littérature, et plus particulièrement au théâtre. Le lieu du théâtre est précisément celui dans lequel l'acteur joue un personnage. Personne et personnage ont une grande proximité. Ils viennent tous deux de persona qui signifie masque de théâtre. L'acteur quijoue un personnage dans le théâtre reste distinct du personnage qu'il interprète. On pourrait se demander si l'homme joue un personnage écrit d'avance.Est-ce son destin de jouer un personnage?
Dans une première partie, on verra que l'homme joue un personnage car il n'a pas de nature. Puis dans une seconde partie qu'on est influencé par la société. Et enfin, dans une troisième et dernièrepartie je me demanderai comment il faut faire pour être soi-même.
PREMIERE PARTIE
L'homme est le seul animal qui dispose d'uns conscience réflexive, c'est à dire qui est capable de se penser lui-même et de vivre dans sa singularité: dire" je suis moi-même" c'est dire " je ne suis pas un autre et j'assume ma singularité" .L'homme est voué à jouer un personnage car il n'a pas de nature.
Lapossibilité pour l'homme de jouer un rôle peut nous renseigner sur la nature humaine. L'animal, par exemple, ne peut jouer un autre que lui-même. Jouer un personnage demande une capacité de s'extraire du règne de l'instinct mais aussi suppose que la nature humaine n'est pas fixe ou qu'elle est incomplète. "L'homme est enfermé en dehors de sa cage», il joue un personnage pour se donner un sens qu'il n'apas par nature. L'homme doit jouer un personnage pour ne pas sombrer dans l'absurdité du monde. Les hommes jouent des personnages pour fuir une impression du monde. Cela correspond à ce que Sartre appelle la mauvaise foi qu'il illustre dans l'Etre et le néant dans la personne du garçon de café. Le personnage ce n'est pas moi-même, c'est l'apparence que je donne aux autres, une comédie que je joueà leur usage et en jouant ce personnage je ne suis pas moi-même. C'est ce que montre bien l'exemple du garçon de café que prend Sartre. Le garçon de café joue la comédie du garçon de café. Ses gestes un peu trop appuyés nous montrent qu'il joue un rôle à l'usage d'autrui. La mauvaise foi commence à l'instant où le garçon de café s'imagine qu'il est un garçon de café au sens où il s'imagine êtreune chose appeléé" garçon de café". La mauvaise foi commence quand le garçon de café s'imagine que la comédie qu'il joue à l'usage d'autrui coïncide avec son être. Il n'est alors effectivement plus lui-même. Selon Sartre, l'homme est toujours libre à l'égard du personnage qu'il joue, mais c'est la crainte de la liberté absolue qui le pousse à jouer un personnage. Pour Sartre, l'existence précèdel'essence, c'est à dire que l'essence de l'homme n'est pas donnée en amont de son existence. L'homme par nature n'est rien, l'"authenticié consiste, écrit Sartre, à refuser la quête de l'être, car je sais que je ne suis jamais rien".
Mais en réalité , on peut opposer à Sartre que la mauvaise foi n'est pas égale entre chaque homme. La possibilité pour un homme de questionner le personnage qu'iljoue n'est pas si évidente suivant les cas. Si l'homme n'est pas d'origine déterminé, cela n'implique pas qu"il soit voué à jouer un personnage. Il peut devenir un personnage au terme d'un processus de formation, ce qui ouvre la question de l'éducation et du devenir de l'homme. L'homme n'est pas mais il devient. Il faut se demander ce qui pousse l'homme à jouer un personnage.
DEUXIEME PARTIESi l'homme comme le dit Heidegger est un "être au monde" et un "être au monde avec" , c'est à dire si nous vivons nécessairement en société, il faut remarquer que la société tend à instituer des normes auxquelles nous sommes tous tenus de nous conformer.
La vie sociale, c'est la vie stéréotypée. Il est bien vu de se comporter comme les autres. Le groupe étouffe notre moi. C'est ce que pense...
tracking img