Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Apolline Locquet
Fiche de Lecture

Discours de la servitude volontaire, Etienne de La Boétie.

I / Biographie de l’auteur :

Ecrivain français né en 1530 à Sarlat et mort en 1553 à Germignan.
Son père est lieutenant d'un sénéchal du Périgord. Il fait ses études au collège de Guyenne puis étudie le droit à Orléans. L'école de droit est alors en même temps école de philosophie.
Grâceà la diffusion des idées qui a lieu à l’époque dans cette école, il s’initie aux valeurs de l’Humanisme et même de la Réforme.
Dès l’âge de vingt-trois ans (1553), la Boétie est conseiller au Parlement de Bordeaux. Il est le collègue de Montaigne à qui il inspire une amitié passionnée depuis l’écriture du Discours de la Servitude Volontaire à l’âge de dix-huit ans et est partisan des thèsesmodérées de Michel de l'Hospital.
Poète, auteur de nombreux sonnets, de vers latins, de traductions de Xénophon et de Plutarque, il est surtout connu pour son Contr'un ou Discours sur la servitude volontaire qui, sans défendre de système politique particulier, constitue un pamphlet sévère contre la tyrannie. Il meurt le 18 août 1563, à l'âge de trente-trois ans. Le Contr'un n'est publié qu'a titreposthume,en 1574 dans Le réveil-matin des Français.
Ce texte est un texte fondateur de toute lutte pour la démocratie et le respect de droit de s peuples à disposer d’aux mêmes.

II / Etude de l’œuvre :

A / Questionnement de l’œuvre :

Dans ce discours, La Boétie se lamente de la tyrannie et semble dire que rien n’est pire que d’avoir un maître si ce n’est d’en avoir plusieurs. Il se demandepar ailleurs comment est il possible qu’un tyran seul puisse asservir toute une nation qui pourtant pourrait l’écrasé par le moindre soulèvement.
Il semble en effet pratiquement contre nature que des nations entières puissent être asservies par l’autorité, le prestige peut être d’un seul homme car, dit la Boétie, point n’est besoin ni de craindre le tyran car celui-ci est seul ni de l’aimerpuisque ses qualités sont sauvages et inhumaines.

La Boétie se demande donc comment est il possible que le peuple accepte de s’asservir ainsi (le peuple s’asservit lui-même puisqu’il ne réagit pas à la domination du tyran, il est complice de celui qui les pille, les asservit, les tue…)
Il commence par avancer l’hypothèse de la lâcheté mais il la repousse aussitôt expliquant que la lâcheté n’estpas une explication lorsqu’il s’agit de milliers d’hommes. Est-ce une « faute de cœur » (indifférence), du mépris, du dédain ?

De plus La Boétie se demande comment le tyran a-t-il obtenu tant de pouvoir et demande aux individus de ne plus servir les tyrans, de se soulever contre eux car la servitude est contre nature les hommes étant faits pour être libres. Par nature l’homme est libre maiségalement capable de défendre sa liberté (ce qui est même visible chez les animaux) : « tout ce qui a sentiment sent le mal de la sujétion et court après la liberté ».

La Boétie se propose donc de répondre à des questions fondamentales :
→ Pourquoi les hommes se laissent ils asservir ?
→ Comment le tyran arrive t il au pouvoir, qui est il et comment conserve il le pouvoir ?
→ Comment peut latyrannie mène t elle a une telle dénaturation de l’homme ?

B / Le nécessaire assentiment du peuple :

Pour La Boétie, il ne peut exister de tyrannie sans accord du peuple. Ce qui explique que la servitude soit toujours volontaire. En effet la tyran est seul face à une multitude et rien n’empêche à cette multitude de se soulever pour se libérer. Alors pourquoi les hommes acceptent ils de sesoumettre ?

Une des réponses à cette question semble être la cupidité et le désir de richesses. C’est en effet en se rapprochant du tyran que les hommes peuvent acquérir richesses et honneur ; il n’en est pas de même avec un chef d’Etat intègre et incorruptible.

Ensuite ce n’est pas l’autorité ou la crainte qui installe le tyran mais surtout l’habitude des peuples qui n’ont jamais...
tracking img