Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1012 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Claire Lemaitre 22/01/10

Dissertation d’SES
| |
||
| |

Les classes moyennes ont été mises en place durant la période des Trente Glorieuses. Elles se définissent comme un ensemble hétérogène de populations définies en parties par leur niveau devie. Elles se situent entre les extrêmes, au-dessus des classes populaires et en dessous des classes dominantes. La période des Trente Glorieuses s’étend de 1945, à la suite de la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à 1974, suite au choc pétrolier. C’est une période de forte croissance économique, qui touche principalement les pays développés. De nos jours, la condition des classes moyennes est remise enquestion et leur position sociale est moins assurée.
Quelle est l’importance des classes moyennes aujourd’hui alors que ce groupe qui se construit lors des Trente Glorieuses a eu une place dominante dans la société française ?
Pour répondre à cette problématique, nous étudierons la constitution des classes moyennes dans les années 60/70 puis leur reconstitution après les TrenteGlorieuses.

Selon la perspective de Karl Marx, la population serait divisée en groupes sociaux professionnelles. Il en existerait six, classant les individus en fonction de leur emploi, leurs intérêts et leur mode de vie. Selon sa théorie, la classe populaire regroupant les ouvriers seraient en conflit avec la classe dominante regroupant les bourgeois.
Lors des Trente Glorieuses, on assiste àun renouvellement des hiérarchies sociales en raison de l’homogénéisation des conditions et des modes de vie entraînant l’apparition des classes moyennes. Elles sont apparues à la suite du développement du secteur tertiaire contenant toutes formes de services. Le cœur de ces classes moyennes comprend une large fraction de la classe ouvrière, une partie de la PCS 2 composée d’artisans, commerçantset chefs d’entreprise ainsi qu’une partie de la PCS 3 composée des cadres et professions intellectuelles supérieures.
Durant la période des Trente Glorieuses, on assiste à une forte expansion des classes moyennes. Comme nous l’indique une enquête Emploi menée par l’INSEE, la part des cadres et professions intellectuelles supérieures dans les PCS est passée de 8,2% en 1962, à 23,2% en 2005. Onassiste donc à une croissance des effectifs dans les classes moyennes remarquable.
L’expansion des classes moyennes est également du à un projet socio-économique est mis en place dans les années 1940. Durant cette période, on assiste à une forte augmentation du nombre de diplômés. D’après l’article de L. Chauvel paru dans le Monde de l’économie, les étudiants accédant au baccalauréat passent de 13%à 28%. Grâce à ce fameux projet socio-économique, l’évolution des services est possible. Les entreprises peuvent se développer et offrir plus d’emplois qualifiés. Les jeunes voulant entrer dans la vie active sont alors assurés de trouver un emploi, « le taux de chômage des jeunes sortant de l’école ne dépasse pas 5% », souligne L. Chauvel. Cette cohésion entre demande et offre d’emploi est unenouveauté, la génération précédente ayant endurée la guerre et la reconstruction. Beaucoup d’enfants d’ouvriers ou d’employés accèdent à des emplois de professions intellectuelles supérieures voire même de cadres. Grâce à leur qualification, ils ont donc des conditions de vie moins difficiles dû à un salaire plus élevé. On constate donc une hausse de la consommation et du pouvoir d’achat. D’après...
tracking img