Philosopher c'est secouer le joug de l'autorité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1795 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Philosopher c’est secouer le joug de l’autorité »
La métaphore évoque le passage de l’obscurité de la nuit à la lumière d’un jour nouveau, c’est-à-dire d’une société qui repose sur la tradition et la référence aux textes sacrés à une société qui privilégie la connaissance rationnelle et l’esprit critique.
César Dumarsais pédagogue, grammairien (1676-56) définit le philosophe dans un articlede l’Encyclopédie. Intellectuellement, c’est un homme qui ne se fit qu’à sa raison « la raison est à l’égard du philosophe ce que la grâce est à l’égard du chrétien » L’esprit philosophique est donc un esprit d’observation et de justesse qui rapporte tout à ses véritables principes. C’est un homme qui aime vivre en société, « un honnête homme qui veut plaire et se rendre utile ». C’est un hommehonnête et responsable, conscient de ses devoirs envers la société  « Le philosophe est jaloux de tout ce qui s’appelle honneur et probité » . La société civile est, pour ainsi dire, une divinité pour lui sur terre.

Nous allons chercher à savoir si cette définition met en relief la littérature des Lumières; si elle approfondit la réflexion et si elle repose sur la raison en repoussant lescontraintes ainsi que l’autorité politique et religieuse. Dans un premier temps nous chercherons à déterminer dans quelle mesure les politiques ont remit en cause l’autorité puis en seconde partie comment les politiques restent traditionnelles.
Tout d’abord il y a une remise en cause de l’absolutisme, critique de Louis XIV, rejet de la monarchie absolue. Dans de Denis Diderot il lutte contre lamonarchie absolue en effet le champs lexical de la violence est présent: les termes « la force » , «le joug » , « le tyran » révèle une forme de gouvernement rejeté par Diderot. Pour lui « la loi du plus fort » s’apparente d’avantage à une loi animale ou une succession de tyran écrase le peuple sans une once d’humanité. De plus il qualifie le roi de « pauvre créature » , ce qui signifie que le roiest un homme sans essence divine comme le souligne le groupe nominal « le vrai Dieu » qui s’oppose logiquement à un faux Dieu. Le pouvoir du roi est donc pour lui un mensonge. D’autre part son pouvoir est illégal, le champs lexical de la justice est présent dans ce texte; le pouvoir royal est qualifié  «d’usurpation». Le pouvoir est illégal comme l’indique la répétition du mot « crime ».L’hyperbole, « un crime de lèse majesté divine au premier chef » conclut le texte et renforce la conviction de Diderot sur l’illégitimité de ce pouvoir. Pour Diderot l’autorité est fondée sur le consentement , fixée par un cadre juridique: la succession des propositions subordonnés relatives « qui en rendent un usage légitime, qui la fixent et la restreignent entre des limites », permettent d’annoncer lacréation de loi ou d’une constitution qui viendrai limiter le pouvoir royal. En outre le peuple doit être conscient et actif: par les antithèses « raison » qui s’oppose à « aveuglément » et « mesure » à «sans réserve» Diderot oppose 2 attitudes du peuple, l’une servile et l’autre critique, cette proposition rappelle la définition du philosophe Kant. Aussi par la répétition du mot « cérémonial » l’hommedoit séparer les actes collectifs de la pensée individuelle, les cérémonies permettent à l’homme de faire partie d’un groupe d’une communauté mais celui-ci doit toujours être maître de lui et prendre ses propres décisions.
D’une part il y a une remise en cause d’un ordre social fondé sur l’absence de liberté, Beaumarchais, dans « le monologue de Figaro » de Le mariage de Figaro revendique laliberté d’expression (son œuvre en 1783 a été interdit par le roi). Figaro revendique la liberté d'expression par les écrits, par le champs lexical de l’expression écrite de l’opinion : « sottises imprimées », « journal inutile » Il dénonce des injustices sociales: l’indignation et la colère de Figaro prédominent, les phrases exclamatives marquent une forte émotion et relève une forte colère du...
tracking img