Philosophie de la politique moderne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet :

Quels sont les apports respectifs de Machiavel et de Hobbes dans la définition

de la politique moderne ?

Il va s’agir ici de poser la question de savoir ce que peut et doit être une philosophie politique d’aujourd’hui, et de poser cette question à partir de la pensée de Machiavel et de Hobbes qui sont pour Léo Strauss les penseurs de la première vague de la modernité. Il vas’agir de problématiser l’héritage de la pensée politique de ces auteurs à la lumière de la politique moderne. On trouve chez les deux auteurs la décision de rompre avec le moment fondateur. Il se trouve affirmer la nécessité de rompre avec le mode de pensée des Anciens accompagné de la proclamation de la nouveauté : Machiavel se dit le « découvreur d’un nouveau continent », Hobbes affirme quant à luiqu’on peut produire une « démonstration rationnelle de la philosophie civile ». Il va ainsi s’agir pour nous ici de distinguer d’une part en quoi ces auteurs introduisent une rupture, mais aussi d’autre part quel éléments du moment fondateur ils sont amenés à réactiver. Dans un premier temps, nous verrons la rupture créée par ces deux auteurs pour ensuite étudier la conception de légitimité dupouvoir et des hommes de pouvoirs. Enfin, nous montrerons que ces deux auteurs ne partagent pas les mêmes idées de la politique et que la politique moderne a depuis eu de nombreux apports.

I/La rupture du moment fondateur des Anciens par Machiavel

Le moment fondateur, celui des Anciens, représente la période pendant laquelle l’homme est désigné par sa nature qui détermine la fin naturelle desêtres. La nature d’une chose désigne ce qu’est cette chose quand elle a accomplie sa forme finale. Mais si la nature est un concept téléologique, c’est aussitôt un concept normatif : avec cette idée de la nature, on peut définir ce qui est conforme à la nature et ce qui est contre-nature. Nous devons penser que la nature de l’homme est de vivre en société : l’existence politique est naturelle, maisd’autre part il appartient à l’homme d’instituer politiquement ce qu’il est par nature : quand Aristote dit que l’homme est un « vivant politique », il ne signifie absolument pas que les institutions politiques sont naturelles : il exprime l’idée que l’homme est déterminé par sa nature à se doter d’institutions collectives qui vont régler la vie collective. Aristote montre ainsi si la cité estabsolument naturelle, les rapports de force qui régissent la nature n’ont pas nécessairement leur place dans la cité. Il n’est donc pas contre-nature pour l’homme de vivre dans une cité qui ne suit pas les règles de la nature (la loi du plus fort), comme les cités démocratiques. Pour Strauss, la grande idée grecque correspond à la réflexion sur l’écart en l’être et le devoir-être : les hommes nepeuvent jamais le surmonter. Si par conséquent la nature humaine est prise dans la tension entre ce qu’elle est et ce qu’elle devrait être, la philosophie politique peut se concevoir comme une pédagogie politique : elle a pour enjeu de déterminer par quelles institutions politiques on pourrait substituer aux passions violentes et anticiviques des vertus civiles pacifiques qui assureraient lesconditions requises pour l’accomplissement de la perfection humaine. Les Grecs savaient qu’il serait fou de prétendre réaliser la cité idéale. Pour Strauss, la pensée est rentrée en crise quand elle a voulu prétendre assembler l’être et le devoir-être. Il est ainsi compris dans la définition straussienne du moment fondateur que la pensée politique moderne était vouée à se compromettre dans les figures dutotalitarisme moderne : le nazisme apparaît ainsi comme la conséquence logique du développement de la pensée politique occidentale, dans la mesure où celle-ci essaie depuis le tournant moderne d’abolir la frontière entre l’être et le devoir-être.

La rupture proposée par Machiavel peut se résumer en trois points. Tout d’abord, Machiavel est un homme politique qui s’exprime dans une...
tracking img