Philosophie : la mort kierkegaard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1210 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De quelle manière la pensée de la mort, peut-elle nous inciter à vivre ? Dans quelle mesure la certitude de notre mort influence-t-elle les choix que nous faisons au cours de notre vie?
Dans ce texte, KIERKEGAARD nous parle de la mort, en distinguant trois sortes de comportements face à la pensée de la mort, il distingue alors « l’homme charnel » qui s’adonne à tous les excès , tous lesplaisirs de la vie, puis l’ « esprit plus profond » qui lui est dans une situation de désespoir, proie à l’inaction et enfin « le sérieux » qui quant à lui, voit la perspective de la mort donner un sens à sa vie, comme l’origine de son intérêt pour cette dernière.
KIERKEGAARD nous met donc face à un sujet que notre société a tendance à éviter, un sujet, qui pourtant, en sa connaissance, semble avoirun impact considérable sur nos vies.

Mais pourquoi l’ « homme charnel » décide-t-il de vivre sa vie dans l’excès ?
L’ « homme charnel » comme le nomme KIERKEGAARD, est décrit comme l’homme qui profite, mais de façon trop extrême à la vie, la pensée de la mort le projette dans une optique de vie sans limites. Cette perspective le pousse a s’adonné à tous les désirs, naturels, comme vains,L’ « homme charnel » pourrait alors être considéré comme un bon vivant, en proie à l’hédonisme, recherchant alors le plaisir sans penser aux conséquences, ayant cette recherche comme seul but. L’homme de la chair « brûle la chandelle par les deux bouts » en sachant qu’il va un jour faire face à la mort, il veut profiter de la vie. «  Mangeons et buvons, car demain, nous mourrons » ici KIERKEGAARD nousillustre l’attitude de l’homme charnel, ce dernier conseille l’excès, sous prétexte que la mort nous attend, la mort est inéluctable, pour lui, la vie n’a pas de suite après la mort.
Pensant que la vie aura bel et bien un terme, l’homme charnel ne veut pas s’attarder sur des choses qui finalement ne lui serviront plus lorsqu’il sera mort, il ne ressent pas le désir de vivre sa vie sainement,selon lui « la vie vaut la peine d’être vécue » mais sans inconvénients.
Ainsi, on peut voir de nombreuses personnes vivant dans la même optique que l’homme charnel, des célébrités, des hommes sans but réel ou encore de façon plus illustrée, l’exemple de la cigale dans la fable de La Fontaine «  la cigale et la fourmi » où la cigale n’a pas fait ses réserves pour l’hivers ayant à la place chanter. Lacigale incarne bien l’homme charnel car elle s’est consacrée à ses plaisirs plutôt qu’à ses besoins.
Mais un tel comportement, une telle inconscience face à tous ces excès, ne provoquerait-elle pas une mort prématurée ? Un mode de vie aussi peu sain, sans limite peut avoir des effets négatifs, pouvant peut être justement mené à cette fin tant redoutée.

Mais au antipodes de l’ « hommecharnel », réside l’ « esprit plus profond ». L’ « esprit plus profond », lui, est enclin au désespoir, moins superficiel que l’ « homme charnel » et un peu plus sérieux que ce dernier, l’ « esprit plus profond » est sujet à un sentiment d’impuissance face à la fatalité qu’est la mort. Il pourrait s’illustrer par un homme malade, un condamné, qui, sachant qu’il va bientôt succombé à la maladie et ainsi àla mort, ne présentera plus aucune motivation, plus aucun enthousiasme pour la vie, la certitude de sa mort ne va alors que le bloquer, le désespérer, lui faisant perdre goût de la vie. Pour l’ « esprit plus profond », rien ne vaut la peine d’être entrepris, d’être réalisé puisque la mort est la fin logique de la vie, qu’elle est indubitable, d’où ce sentiment d’impuissance, « L'idée de la mortamène peut-être l'esprit plus profond à un sentiment d'impuissance où il succombe sans aucun ressort », mais succomber sans aucun ressort ne revient-il pas à dire qu’on abandonne avant même quelque entreprise ?
Pourquoi s’enferme-t-il dans cette vision d’une mort accablante, pourquoi ne cherche-t-il pas plus loin que cette vision de fatalité ?

Mais quel serait alors le bon comportement...
tracking img