Philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5269 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La conscience :

- 3 usages possibles de la conscience (se servir des expressions de dissertation pour réfléchir) :
- point de vue psychologique : « perte de conscience » : rapport conscience/connaissance de quelque chose qu’on pourrait perdre et retrouver.
- point de vue cognitif : rapport conscience/pensée : prendre/avoir conscience de quelque chose, façon dont la chose m’apparait, estplus ou moins claire, plus ou moins lucide.
- point de vue moral : « cas de conscience », « avoir bonne ou mauvaise conscience » : renvoie à ce que je vaux vraiment, conscience morale interdisant la mauvaise foi, nous sommes apparemment les mieux placés pour savoir si ce qu’on fait est bien ou pas.
- point de vue psychologique : qu’est-ce qu’un être doué de conscience
Point de vue cognitif :la conscience se réduit-elle à la pensée ?
Point de vue moral : vu que la question de la conscience est morale, la conscience morale est-elle bien la conscience elle-même ? Conscience seraient : intériorisation interdits / valeurs morales transmises par la famille ?
Qu’est-ce qui fait notre identité ?

I – qu’est-ce qu’un être doué de conscience ?
- nous sommes conscients d’être ; alors quele bureau est inanimé, mais il n’est pas conscient d’être (exister). Mais notre conscience d’être est interminable : sommeil / évanouissement.
Que perd-on quand on dort ou s’évanouit ?

A – Présence au monde
- perte de sentiments immédiate du monde et de moi, pendant le sommeil. Sentiment confus mais fort (autres existent, indépendants de moi).
- sentiment d’exister ≠ avoir conscienced’exister => plus que le sentiment d’exister.
- l’être doué de conscience se sait exister au monde : rapport à soi.
L’être doué de conscience sait qu’il existe un monde : d’autres choses que soi.
- se savoir exister ≠ se sentir exister.
Se savoir exister : introduit une distance entre moi qui est conscience et cette conscience (on peut se le dire).
Se sentir exister : coïncidence entre moi etle sentiment de moi (on le ressent).
Etre doué de conscience : être sujet

B – Etre sujet
Sujet se rapporte : - à lui-même
- à autre chose que lui-même

1 – être sujet : exister pour soi.
≠sens moral/égoïste.
Existe en lui-même (bureau)
Exister pour lui-même (pas possible pour un objet).
- se découvrir comme être doué conscience.
- Conscience est réflexive, peut faireretour sur elle-même, peut se prendre elle-même comme objet de conscience.
Conscience de soi ≠ sentiment de soi.
- Kant p.20 : conscience de soi : acquisition progressive.
Exemple : jeune enfant parle de lui à la 3ème personne car pas de conscience de soi.

2 – être sujet : savoir qu’il existe des objets
- savoir qu’il existe un monde. Objet : tout ce dont je prends conscience (≠choses).Chose peut être un objet. Mais formule mathématique = objet.
- Seul un sujet peut avoir des objets.
=> être par lequel il y a des objets, et être qui n’est pas en lui-même un objet.
- en tant que sujet, nous ne sommes pas des objets, mais on peut se constituer comme objet. Sujet peut se déterminer par détermination psychologique, sociale. Beaucoup d’éléments déterminent, mais aucune nepeut lui seul me déterminer. Capacité de distance avec détermination.
- science peut déterminer de l’extérieur les objets qu’on appelle chose. Savoir qui je suis : plus difficile.
Solitude des consciences.
- être sujet : avoir une position singulière, unique.
- être sujet : pouvoir qui pose les autres sujets comme objet.
Prendre quelqu’un d’autre comme objet est plus difficile que de prendreune table comme objet, car chacun prend l’autre comme objet.
- pour être sûr que l’autre en face nous est bien une conscience et non une machine : Parole : on se parle pour chercher à extérioriser ce dont on a conscience.
- Descartes p.157. La parole m’assure que j’ai à faire à une autre conscience. Qu’est-ce qu’apporte le fait de prendre l’autre non pas comme un objet mais comme un...
tracking img