Philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Monica BIVIGOU-NZIENGUI Le jeudi 14 octobre 2010
BTS AG2

Devoir maisons
Les rapports filiaux

La relation père-fils est souvent faite de haut et de bas. Des auteurs comme Bernard Golfier dans le « Procès d’un tyran », Christiane Olivier dans « Pères empêchés », Gérard De Nerval dans ses lettres et Sempé avec ses dessins nous offrent unportrait qui semble la plupart du temps tragique. Ce dessein dramatique peut s’expliquer par la peur ou une incompréhension entre le père et le fils. Cette incompréhension peut engendrer des blessures profondes que les textes peuvent cerner : les lettres de Gérard de Nerval à son père à l’âge de 31 et 46 ans.
De ce fait, on peut se demander quelles sont les raisons de ce conflit entre un père et sonfils ? Un conflit de ce type peut-il se dénouer ?
Dans un premier temps, nous verrons les causes psychologiques puis dans un deuxième temps nous verrons les apparitions équivoques pour essayer de résoudre le conflit.

Le père est communément apparut comme étant l’image forte de la famille : celui apporte les ressources financières de la famille. Comme nous le montre Christiane Olivierdans « Pères empêchés », les enfants ont une image faussée de la distribution des rôles. «Papa c’est celui qui gronde... », le père est identifié à l’autorité ; l’autorité familiale, sociale car c’est lui qui apporte les ressources de la famille tandis que maman s’occupe de faire fonctionner la maison. De la même façon Gérard De Nerval demande une avance à son père bien que celui-ci ne soit pas fierde la condition d’écrivain de son fils. Sempé quant à lui montre à travers ses dessins une image du père qui ramène à l’ordre et qui ne se met pas à la place de l’enfant. En effet dans le dessin A, on constate que le père reproche à son fils son style légèrement trop décontracté et le rappelle à l’ordre en lui disant : « Et après cette conversation que nous allons avoir, tu constateras que je suismon petit Gérard, très proche de toi ». On remarque la différence entre le style austère du père et le style « baba cool » du fils.
Le père est pour le fils l’image de l’homme qu’il veut devenir mais il représente aussi la peur qu’il peut créer de par sa physionomie ce qui peut apeurer l’enfant. On la remarque dans le dessin B de Sempé, le fils est très petit par rapport au père qui doitlui sembler être un géant par rapport à lui. Dans la lettre qu’écrit Franz Kafka à son père, celui-ci décrit son père comme étant « une représentation exagérément puissante » d’autant plus qu’il provoque en lui un objet de fascination et de peur.
L’incompréhension entre le père et le fils est peut être due au rôle de la mère qui ne laisse pas assez de place au père pour les moments« agréables » du quotidien. «…la mère, c’est celle qui reste là à assumer les demandes et les besoins de la maisonnée »nous dit Christiane Olivier ; le père pousser par les idées préconçues de la société se représente comme étant la force de la famille. Il a plus de difficulté à exprimer ses sentiments il craint pour sa masculinité car il ne veut pas qu’on l’assimile à une femme. Tandis que la femme nelaisse pas de place au père car elle ne veut pas perdre son rôle de mère. Bernard Golfier explique cette fascination du père par l’enfant due à une éducation par la peur. En effet, cette tyrannie de l’autorité est utilisée par le père sous forme de paternalisme c'est-à-dire qu’il maintient un rapport de dépendance et de subordination tout en donnant une image affective.
Les conflits entre lepère et le fils proviennent de différentes causes (peur physique, image autoritaire…), que l’on peut se demander quelles pistes permettraient le dépassement du conflit.

Le dépassement du conflit peut être le moyen pour le fils de se démarquer du père, de montrer qu’il existe en dehors du père. Sempé nous montre cette envie d’exister en dehors du père dans le dessin A, le père et le fils...
tracking img