Philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1632 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le bonheur est-il l’affaire de l’Etat ?
Le rapport entre les citoyens et l’Etat est paradoxal. D’un côté, l’Etat est critiqué pour son omnipotence : « L’Etat a le monopôle de la violence légitime » comme le dit Max Weber. Pourtant, on le considère aussi comme un Etat protecteur que l’on sollicite en cas de dangers ou de catastrophes. C’est un Etat bienveillant qui assure la sécurité et le bienêtre des citoyens. Mais cette bienveillance de l’Etat envers les citoyens va-t-elle jusqu’à la question du bonheur? Le bonheur est-il l’affaire de l’Etat ? Par essence, l’Etat est le garant de l’intérêt général : il veille avant tout à la sécurité et aux besoins essentiels des citoyens. Le bonheur est une réalité qui semble plus individuelle : mon bonheur est différent d’un autre citoyen. Commentalors stipuler que l’Etat peut avoir un impact sur le bonheur de chacun ? On peut éventuellement penser qu’il existe un bonheur collectif. Mais avant tout, il faut se demander où s’arrête le devoir de l’Etat. Est-ce que le bonheur est une question dont l’Etat doit se charger ? Quels problèmes éventuels pourraient provenir d’un Etat trop omnipotent ?
L’Etat est garant de l’intérêt général etd’une structure dans laquelle le bonheur individuel peut se réaliser
La loi du plus fort vs l’homme citoyen protégé par la loi
L’Etat protecteur, bienveillant, « l’Etat providence »
Dans ce cadre, l’homme peut se réaliser
Le bonheur, une affaire personnelle?
La société comme frein au bonheur (Freud)
L’ataraxie, l’indépendance comme mode d’accès aubonheur : épicurisme, stoïcisme
Montaigne : « garder l’essentiel pour l’arrière boutique »
Etat minimal ou Etat omnipotent ?
Etat qui s’occupe de l’intérêt général vs Etat qui s’occupe de problèmes particuliers… (affirmative action)
Les dérives de l’Etat : bonheur dicté
Aujourd’hui le libéralisme est prôné
Revenons tout d’abord sur lacréation de l’Etat et sur son rôle. Comme le dit Aristote, « l’homme est un animal politique » : par nature, il fonde une société qui a besoin d’une structure politique pour fonctionner. S’il n’existe pas de lois, l’homme est à l’état primitif : c’est la loi du plus fort qui régit les relations entre les hommes. L’homme obéit alors à l’homme et cette hiérarchie est dictée par la force. En instaurant leslois et le socle juridique sur lequel est fondé l’Etat, l’homme a apporté un changement important : l’homme n’obéit désormais plus à l’homme mais à la loi. De ce fait, le citoyen n’a pas l’impression d’être soumis par autrui. Certes il perd sa liberté naturelle mais il gagne la liberté civile, celle qui est régit par les lois. C’est ce que Rousseau explique dans son « contrat social » : leshommes, en passant un pacte d’association, vont perdre leurs droits naturels pour éviter le rapport de force entre l’homme et l’homme et ainsi y substituer le rapport entre le citoyen et l’Etat. Ainsi l’homme est protégé par la collectivité.
L’Etat a pour rôle essentiel de protéger le citoyen. Le but premier de l’Etat est d’assurer la sécurité, que ce soit en temps de guerre par l’armée ou en tempsde paix avec les forces de l’ordre. L’Etat assure également l’éducation des citoyens, il garantit la santé (« l’Etat providence »), il assure les infrastructures… Ainsi, l’Etat assure les besoins les plus essentiels pour que l’homme se réalise. Sans la protection de l’Etat, l’homme vivrait sans cesse dans la crainte. Sans les lois, l’homme serait dans une société sans ordre. Or il est difficile dese réaliser sans ordre. « Le progrès n’est jamais que le développement de l’ordre » disait Auguste Comte. On peut donc dire que l’Etat apporte à l’individu un cadre dans lequel il peut trouver son bonheur personnel. Même s’il perd sa liberté naturelle, l’homme n’est plus soumis à la loi du plus fort et peut donc construire son bonheur dans ce cadre. En cela, on peut dire que l’Etat s’occupe du...
tracking img