Photo obsession

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4912 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Numéro 

Décembre 

Hors champ

CAHIERS JUNGIENS DE PSYCHANALYSE – 116

Penser, malgré tout, dans la peau de Sy Parrish
Laurent Meyer* - Paris
« Et j’ai laissé couler mes pleurs, mes pleurs, Car parmi tous ces souvenirs, Ceux de l’enfance sont les pires. Et puis j’ai tout retrouvé, hélas. » Barbara.

L’art est sans doute une des voies qui permet, par sa dimension de créationpersonnelle et de rapport au collectif, de chercher ce qui peut se rejouer dans l’actuel, et se dire de ce qui se jouera demain. Le peu que je connais de l’art dit moderne me laisse le plus souvent avec un sentiment de colère et d’abus, et les concepts qui l’expliquent parfois arrivent tout au plus à tenir cette colère à distance, sans en modifier profondément la nature. Autant je peux comprendreque cette forme d’expression artistique soit comme « un symptôme et un symbole de cette atmosphère de fin [...] du monde 1 » dont parle Jung, autant je ne peux y percevoir ni symptôme ni symbole de renouvellement. J’ai par contre découvert, grâce à la rencontre avec certains films et avec certains auteurs, que mon rapport au cinéma n’était pas constitué seulement par la distraction, mais qu’il yavait là une forme d’expression qui pouvait être pour moi la source d’un écho très fort, et qui, malgré des affects parfois violents, ne sidérait pas ma pensée, mais souvent, au contraire, me poussait à une tentative d’élaboration et d’interprétation qui – parfois au prix de voir et de revoir – modifiait l’affect en lui donnant accès au sens. Le cinéma, en tant qu’il reflète les mythes modernes,mettant en scène des drames collectifs et individuels, est un éclairage qui s’est à plusieurs reprises imposé à moi comme une amplification de situations cliniques. « Dans de nombreux cas en psychiatrie, le malade a une histoire qu’on ne raconte pas et qu’en général personne ne connaît. Pour moi, la véritable thérapie ne commence qu’une fois examinée l’histoire personnelle. Celle-ci représente lesecret du malade, secret qui l’a brisé. En même temps cette histoire
* L. Meyer est membre associé de la Société Française de Psychologie Analytique. 1. C. G. Jung, Présent et avenir, Paris, Denoël, 1985, p. 157.

55

renferme la clé du traitement 2. » Même si on l’ignore toujours, même si on ne pourra jamais la connaître dans sa réalité objective, les patients ont une histoire, une histoirequi les fonde, personnelle, familiale et collective, une histoire plus ou moins oubliée, refoulée, déniée ou reconstruite. Comment accéder à cette histoire et, surtout, comment aider à ce qu’un sens puisse s’en dégager pour la personne ? Si j’ai choisi de m’intéresser ici au film Photo Obsession 3, c’est parce que, peu après être sorti de la salle de cinéma, dans la rue, j’ai été envahi par uneémotion extrêmement forte qui ne pouvait être en rapport qu’avec quelque chose de ce film, mais quelque chose qui ne se disait pas. J’ai revu ce film quelques jours plus tard et j’ai pu constater que cette fois l’émotion, loin d’avoir disparu, survenait à certains moments du film. Comme si tout en regardant un film, un de ceux dont l’histoire distrayante pouvait être rapidement oubliée, j’en avais enfait vu un autre qui se passait ailleurs et qui racontait une autre histoire.

Le film Photo Obsession
Parlons d’abord du film tel qu’il s’est présenté à moi en tant que spectateur. Mon attente était double : retrouver un Robin Williams qui reste dans ma mémoire le John Keating du Cercle des poètes disparus et voir, comme c’est annoncé, un « thriller angoissant où rien n’est plus dangereux qu’unregard familier ». Que raconte cette histoire ? Un homme, Sy Parrish, est interrogé par un policier pour une agression. Il semble ne s’intéresser qu’à des photos qu’il a prises, mais accepte de raconter ce qui s’est passé. Sy travaille depuis plus de dix ans dans le même laboratoire de développement rapide de photos d’un supermarché, métier qu’il exerce depuis plus de vingt ans. Sy est un...
tracking img