Photographie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1909 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La photographie
La première photographie, proprement dite, fut prise, vers 1822, par M. Joseph Nicéphore Niepce. Elle représentait une table servie dans son jardin. Mais les bases de la photographie datent, en fait, de 1727. Regardons de plus près ces phénomènes chimiques qui font de la photographie ce qu'elle est.
La première photographie
Nicéphore Niepce fut le premier à fixer, de manièredurable, une image sur papier. Il s'est servi d'une plaque de verre couverte de bitume de Judée. Cela a pris huit heures de pose en plein soleil pour pouvoir la réaliser. Il s'aida, pour ce faire, d'une chambre noire pour la mettre à jour. Niepce s'associa ensuite à Louis Daguerre, un peintre. Chacun travailla de son côté en se transmettant les résultats de leurs travaux respectifs. Niepce décédaen 1833, avant d'avoir vu l'achèvement de ses travaux. Son procédé s'appelle l'héliographie.
Le daguerréotype
Après la mort de Niepce, Daguerre continue seul ses travaux pendant six ans. Le 7 janvier 1839, il commercialise son procédé de photographie appelé daguerréotype. Le daguerréotype consiste en une surface sensible caractérisée par une couche à base d'iodure d'argent. Pour fixer l'image,il avait découvert que l'élément fondamental du bain de fixage des photographies, l'hyposulfite de soude, pouvait dissoudre les atomes des composés d'argent photosensibles, avant qu'ils n'aient été impressionnés par la lumière et changés en images visibles. En revanche, l'hyposulfite ne dissolvait pas les atomes impressionnés. Cette découverte permit à Daguerre de plonger l'image impressionnéedans un bain et d'arrêter toute réaction chimique avant que l'action de la lumière n'entre en jeu et n'efface l'image. À part le fixage, le procédé de Daguerre était différent des procédés modernes. Le daguerréotype faisait appel à une plaque de cuivre à la surface argentée, polie. En la plaçant, face argentée en dessous, au-dessus d'un récipient dégageant des vapeurs d'iode, on la rendaitphotosensible. Ces vapeurs se combinaient à l'argent pour produire de l'iodure d'argent photosensible. Exposée, la plaque enregistrait une image latente, donc invisible. Le développement s'effectuait en plaçant la plaque, face impressionnée en dessous, dans une seconde boîte contenant cette fois un récipient plein de mercure que l'on chauffait. Les vapeurs du mercure se combinaient aux atomes d'iodured'argent exposés. Là où les rayons lumineux avaient atteint la plaque, le mercure engendrait un alliage à base d'argent. Cette méthode faisait apparaître les régions claires de la photo, tandis que les zones non-impressionnées par la lumière faisaient apparaître les régions sombres. La façon dont la lumière frappait la surface produisait, soit un négatif, soit un positif, mais jamais les deux à lafois. Le temps d'exposition de la plaque était environ de vingt à trente minutes.11
Le calotype
Le calotype fut breveté en 1841, par un anglais, William Fox Talbot. Ce procédé était le prédécesseur des procédés de photographie actuels. Il utilisait un positif et un négatif contrairement au daguerréotype. Le calotype fut populaire pendant les dix années qui suivirent et un peu plus. Le développementconsistait en une feuille de papier qui était brossée avec une solution saline faible, puis séchée, pour ensuite être brossée à nouveau avec une solution de nitrate d'argent faible, séchée encore une fois et enfin, enduite de chlorure d'argent. Cela rendait le papier sensible à la lumière, après quoi il était prêt à y être exposé. Cela prenait environ une demi-heure pour imprimer l'image surpapier. Elle était fixée avec une forte solution de sel, l'iodure de potassium. Durant l'année qui suivit, Talbot réussit à éprouver son procédé de "dessin photogénique" qui resta le calotype. Il découvrit que s'il ajoutait de l'acide gallique, le papier devenait plus sensible à la lumière et qu'il n'était plus nécessaire de l'exposer jusqu'à ce que l'image devienne visible. Avec plus de traitement...
tracking img