Pièce de théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1074 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Silence Radio est une œuvre présentée au Théâtre de la Banquette Arrière. Cette pièce s’inspire de l’histoire d’Icare. En fait, la pièce traite du désir de l'homme d'aller toujours plus loin, au risque d’échouer et de se retrouver ainsi confronté à sa simple condition d’être humain. Certains détails du spectacle échappent à notre compréhension puisqu’on ne nous donne pas toutes les clés pouvantéclairer ces quelques éléments. Cela oblige le spectateur à s’abandonner au spectacle et à son mystère, duquel il devra se forger une opinion personnelle. C’est un spectacle qui fait confiance à l’intelligence du spectateur, et qui l’oblige à intervenir intellectuellement tout au long de la pièce.
Une cantatrice face à sa mort prochaine, un paranoïaque au milieu des complots, un meurtrier et saconscience, une Russe en orbite, un médium arnaqueur, une émotive et un concierge se croisent sur la scène. Ce sont des personnages en quête de communication et d’une vie plus authentique en dépit de leur difficulté d’exister. Une multitude de vibrations et de fréquences les traversent. Ils espèrent se comprendre, se retrouver sur la même longueur d’ondes. Les thèmes principaux sont la solitude,l’importance d’établir des rapports avec les autres et l’espoir d’une vie meilleure. C’est une création collective des 10 comédiens du Théâtre de la Banquette Arrière. Geoffrey Gaquère est responsable de la mise en scène. Geoffrey Gaquère est diplômé en interprétation du Conservatoire de Bruxelles et de l’École nationale de théâtre du Canada. Comédien depuis sa sortie de l’École en 2000, de derniers’adonne à la mise en scène depuis quelques années seulement et compte déjà plusieurs productions à son actif. Il utilise une approche très audacieuse qui tranche sur les spectacles de théâtre que l’on a l’habitude de voir. Il aborde son spectacle de la façon la plus théâtrale possible, lequel se retrouve du coup bien loin d’un show de télévision.
Despatie, le médium arnaqueur, est le personnagechoisi pour l’analyse. On le perçoit au premier abord comme étant un menteur, un beau parleur qui s’est improvisé médium. Effrayé par des phénomènes étranges comme les oiseaux morts qui tombent près de lui, ce personnage stressé utilise tout son temps à rechercher des clients naïfs dans l’espoir de résoudre des soucis financiers. Le jeu des comédiens est éclaté, énergique et vivant. Tous lespersonnages sont sous haute tension et semblent, sous l’effet de cette force, bien prêts du point de rupture. Cela permet un jeu électrisant comme si les personnages étaient traversés d’une multitude de vibrations. Ces éléments se rapprochent du style de jeu préconisé par Grotowski. Despatie est en proie à la forte tension entretenue tout au long de la pièce. Son stress est palpable à travers sagestuelle. Toutefois, le côté caricatural de ce médium arnaqueur comporte un aspect loufoque capable de déclencher les rires, et d’assurer ainsi un repos aux spectateurs. L’éloquence gestuelle de Despatie suscite toute une gamme d’émotions. Sa qualité de jeu et sa qualité d’intensité demeurent constantes tout au long de la pièce. L’acteur contrôle parfaitement son outil principal, sa voix. En effet, sondébit est régulier et chaque syllabe parvient de façon claire aux oreilles du spectateur. Un arnaqueur doit savoir convaincre et la voix de Despatie est chargée de l’autorité voulue. Cette voix porte et en impose. En effet, ce n’est pas d’une voix monotone qu’il nous sert ses répliques, mais bien d’une voix vibrante, telle la fameuse répartie: « Monique ! Ma belle Monique! » Ce personnage esttoujours en mouvement et en route pour se rendre chez ses client. Sa gestuelle et son regard expriment la tension et l’angoisse que vit le personnage: il s’essuie souvent le visage à l’aide d’une serviette et il se retrousse sans cesse les manches. Il a une relation d’autorité avec les autres personnages puisqu’il leur dit quoi faire.
La scène est explorée dans ses moindres recoins. Le...