Pic de la mirandole

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 53 (13031 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Discours sur la dignité humaine ; Pic de la Mirandole.
Ouverture.
" Très vénérables Pères, j'ai lu dans les écrits des Arabes que le Sarrasin Abdallah, comme on lui demandait quel spectacle lui paraissait le plus digne d'admiration sur cette sorte de scène qu'est le monde, répondit qu'il n'y avait à ses yeux rien de plus admirable que l'homme "

C'est avec cette phrase que Giovanni PicoDella Mirandola choisit d'introduire son Opuscule discursif "De Hominis Dignitate - De la Dignité de l'Homme ", qui résume pour l'essentiel son Avis et la Conception qu'il développera ensuite au cours de son exposé.
En ce temps de Renaissance, les propos de Pic de la Mirandole ne furent pas sans provoquer de lourds remous parmi la communauté, plus certainement au sein de la gamme des multiplesécoles, des philosophes.
Qui était pourtant cet homme?
Afin de pouvoir ordonner une réflexion autour du philosophe et de sa pensée, on ne pourra en premier lieu faire l'économie d'un fragment biographique.

Giovanni Pico della Mirandola:

Né le 24 février 1463 dans les alentours de Modène, il commence à l’âge de 14 ans des études de Droit Canon. Il se tourna après la mort de sa mère en 1478vers la philosophie et s'engoua pour les traditions philosophiques juive et arabe.
Il entreprit notamment de mener à bien une synthèse entre les traditions platonicienne et aristotélicienne comme chrétienne, ancienne orientale, judaïque et islamique.
Pic croyait pouvoir établir les origines du christianisme dans les écrits ésotériques du judaïsme ancien ; hors de ces sources il aspirait à déduireun dogme chrétien amendé, élargi et approfondi.
En 1486  il compose ses fameuses neuf cents thèses portant sur tous les domaines de la philosophie et de la théologie et assorties d’un défi à tous les savants, d’un appel à une controverse publique. L'Oratio constitue l'introduction de ce catalogue de thèses. Il offrira de payer le voyage et les frais de séjour de ceux qui, désireux d’attaquer sesthèses, seraient trop éloignés de Rome, où doit avoir lieu la dispute.
Mais une coalition se forme et la confrontation prévue est interdite par un décret de la commission papale.
Publication en 1487 de l'Apologia tredecim quaestionum -Apologie concernant treize questions- à Naples, dans laquelle, un peu comme Pascal en France, Pic s'attache à montrer que "vrais juifs et vrais chrétiens n'ontqu'une même religion". Ces treize thèses sont immédiatement décriées comme hérétiques par ses contempteurs ; une commission d'enquête papale en condamnera 7 sous ce même chef d'accusation, les six autres étant déclarées suspectes.
Pic publia néanmoins cette Apologie et défendit ces treize thèses ; le Pape Innocent VIII rejeta finalement les 900 thèses (dont 45 de D'Aquin).
Fuite en 1488 à Parisdes suites des persécutions de la curie romaine ; détenu de janvier à mars au donjon de Vincennes.
Remise en liberté grâce à l'intercession de puissants bienfaiteurs (au rang desquels Charles VIII -qui portait bien son surnom d'affable)
Invité par Laurent le Magnifique, il se retire à Florence qu’il ne quittera plus. Il y mène des travaux dédiés à la construction d'une nouvelle interprétationdes récits bibliques fondateurs. Sa Sainteté Alexandre VI. lève finalement les sanctions papales en 1493.
Pic meurt le 17 novembre 1494 à proximité de Florence de causes mystérieuses.

Quel était alors l‘air du temps?

Le Moyen-Âge se délabrait, la position de l'Église de plus en plus contestée, incertaine.
L'époque à laquelle vivait Mirandole peut faire l'objet, au moins au regard despositions philosophiques, d'une bipartition analytique, précisément entre séides Platoniciens et épigones Aristotéliciens.
Mirandole prit le parti d'adhérer aux positions platoniciennes, plus exactement néoplatoniciennes. Ces dernières faisaient, il est vrai, particulièrement florès à Florence : n'est-ce pas ici en effet que fut créée en 1440 l'Académie Platonicienne?
On aspirait à la réalisation...
tracking img