Pierre-augustin caron beaumarchais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2759 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic] Biographie de Beaumarchais
Né à Paris le 24 janvier 1732 — mort à Paris le 18 mai 1799.

Pierre-Augustin Caron, fils d'horloger, inventeur à vingt ans d'un échappement de montre dont il est obligé de disputer l'invention au célèbre horloger Lepaute, vit sa vie comme un romanpicaresque. Tour à tour musicien, auteur dramatique, éditeur, courtisan, agent secret, homme d'affaires, trafiquant quand il ne négocie pas ouvertement, il occupe des charges à la cour, apprend les finances avec Pâris-Duverney, mène conjointement plusieurs procès (familiaux, financiers, politiques...), se mêle de politique étrangère, qu'il s'agisse de la mission secrète à Londres avec leChevalier d'Éon en 1775, de l'aide aux Insurges d'Amérique en 1776, ou de l'achat de fusils en Hollande pour l'armée républicaine, en 1792. Il prend, dès 1756, le nom de Beaumarchais, du nom d'une terre de sa première épouse, bâtit sa fortune sur des coups de poker, organise l'exploitation de la forêt de Chinon, entreprend à Kehl l'édition monumentale des Œuvres de Voltaire (1783 - 1790), finance laCompagnie des Eaux, se bat sur tous les fronts, intrépide, dénonçant çà et là les privilèges, toujours la plume à la main, instrument de combat, de séduction, qu'il manie avec éloquence et insolence.

Il entre en littérature par la petite porte, fournit à Lenormant d'Étiolles, mari de la Pompadour, des Parades dans le genre poissard (1757 - 1763). Le théâtre l'intéresse cependant d'une manière plussérieuse, et, suivant les idées développées par Diderot sur le drame bourgeois, il donne à la Comédie-Française Eugénie (1767), demi-échec suivi de la publication d'un ouvrage théorique, Essai sur le genre dramatique sérieux, et Les Deux Amis (1770), échec total.

Changeant de genre, Beaumarchais projette de donner aux Comédiens italiens qui le refusent, Le Barbier de Séville, unopéra-comique. Après aménagements, et tandis que Beaumarchais se débat dans un procès contre le juge Goëzman, la Comédie-Française reçoit en 1773 la comédie du Barbier de Séville, finalement créée en 1775. Le succès n'est pas immédiat. La pièce est coupée et ramenée de 5 à 4 actes, dès la seconde représentation. Une longue série de représentations victorieuses s'ouvre alors. Tout en méditant une suite àl'histoire de son Figaro, Beaumarchais prend la tête des auteurs dramatiques trop longtemps abusés par les Comédiens-Français, qui profitent de leur monopole pour ne pas rétribuer les auteurs comme il conviendrait. D'un conflit mené tambour battant par Beaumarchais, exigeant des comptes exacts, et peu avare en déclarations tonitruantes, naît la Société des auteurs dramatiques (1777 - 1780). Dès 1781,La Folle journée ou Le Mariage de Figaro est reçue par les Comédiens-Français, mais la censure et les réticences de Louis XVI, qui a senti ce qu'il y a de subversif dans cette comédie brillante, en retardent la création. Beaumarchais multiplie les lectures privées, obtient la protection de la reine Marie-Antoinette, et la pièce est enfin créée, le 27 avril 1784, remportant le plus grand triomphede toute l'histoire de la Comédie-Française. Plus de cent représentations en quatre ans (dont 67 en 1784 — un record —) assoient la réputation littéraire de Beaumarchais, qui, pourtant, n'échappe ni aux pamphlets ni même à la Bastille. Ne négligent aucun genre, il donne en 1787 le livret d'un opéra, Tarare, dont la musique est confiée à Salieri. Des affaires plus ou moins claires, la constructiond'une somptueuse demeure dans le quartier de la Bastille, discréditent un peu, au début de la révolution, le défenseur des opprimés, le champion de la tolérance. Le germe est néanmoins semé, et, à travers les comédies de Beaumarchais, c'est l'émergence des libertés bourgeoises et populaires qui se fait jour, dans un monde où l'aristocratie, naguère incontestée, vacille au contact des idées...
tracking img