Pierre et jean l'incipit

Pierre et Jean de MAUPASSANT

Chapitre 1 : l’incipit Du début jusqu’à « avec un air de propriétaire ».

Introduction

Guy de MAUPASSANT fait paraitre Pierre et Jean dans la Nouvelle Revue fin 1887, début 1888. Le volume parait en 1889. Considéré par beaucoup comme le chef d’œuvre, ce roman court obéit aux thèses du mouvement réaliste et est caractéristique de l’écriture deMAUPASSANT, le réel vu par les personnages, ce qui en fait aussi un roman d’analyse psychologique.

Le roman raconte l’éclatement d’une famille en apparence unie à l’annonce de l’héritage d’un seul des deux fils.

Il s’ouvre sur une paisible scène familiale mais le début de ce premier chapitre est déjà porteur des rivalités inférieures et la présentation des personnages montre de façon subtilel’instabilité de la situation.

En quoi cet extrait met en valeur l’éclatement et l’instabilité familiale ?

Après la présentation des caractéristiques narratologiques de cet extrait qui en font un début de roman réaliste, nous examinerons la manière qu’à MAUPASSANT de cerner très rapidement les personnages et leurs relations.

I.Un début de roman
a.Narratologie
Narrateur externe & PDVomniscient : il connait les personnages comme s’il était sur la barque & plus tard il racontera l’histoire des Roland.
Temps du récit : passé simple.
Description concerne le produit de la pêche & physique des fils.
Emplacement des personnages sur le bateau est connu : fils à bâbord & tribord & les femmes à l’arrière.
Dialogue très réduit car ils sont en train de pêcher. Répliques brèves et familièresconcernent la pêche.

b.Situation et personnages
Moment peu précis mais on sait qu’il s’agit de l’après midi ; ce qui met M. Roland de mauvaise humeur car il faut pêcher le matin (les poissons dorment l’après midi).
MAUPASSANT insiste sur le calme de cette pêche « immobile », « mouvement très léger », « murmura » et « air attendri ». L’image est fixe ; il pourrait s’agir d’un tableau.
Cedébut de roman se passe sur une barque en mer. Il se passe ensuite au Havre mais sorties en mer pour pêcher font parties du quotidien de M. Roland. Pierre en effectuera une & c’est au cours d’une pêche à pied que Jean demandera la main de Mme Rosémilly. La fin du roman verra le départ de Pierre comme médecin de marine sur un paquebot et le reste de la famille l’accompagnera en barque comme au débutdu roman.
Mer omniprésente.
Choix de la barque en mer comme lieu essentiel car c’est un lieu clos dont on ne peut sortir. Lieu peut stable où le manque d’espace rend la promiscuité difficilement supportable. Tous les personnages principaux sont présents. Pas de présentation étalée des personnages. Cette situation de départ est déséquilibrée car bateau tangue, 2 femmes – 3 hommes, 1 couple – 3célibataires, 2 personnes âgées – 3 jeunes. L’équilibre dont a besoin cette barque qui représente la famille doit avoir la combinaison suivante : 2 femmes et 2 hommes donc deux couples, deux jeunes & deux personnes âgées mais pour réaliser cela un des deux fils doit partir. La scène finale montrera l’exclusion de Pierre de la barque.

c. Réalisme
MAUPASSANT a écrit un roman d’analyse psychologiquedes personnages. Réalité présente & cruelle vue par les personnages (donnent leur PDV sur la réalité).
1er mot « Zut » permet de rentrer immédiatement dans le récit : nous sommes plongés dans l’action et donne par sa familiarité un élément de vraisemblance.
Les scènes qui se passent sur ou au bord de l’eau sont classiques du mouvement réaliste. Le poisson pêché décrit de façon réalisteen faisant appel à tous les sens : « bruit doux des écailles gluantes » (ouïe, vue & touché), « nageoire soulevée » (vue) et « odeur forte de leurs corps » (l’odorat).
Effet réel grâce au vocabulaire employé qui est précis à celui de la pêche « manne » (nourriture du poisson) et « tolet » (barque).
Après midi tranquille souligné par de brefs dialogues : répliques courte de la mère & des...
tracking img