Pk obeir o lois

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1015 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
3. Plan du texte.
 
Le texte se divise clairement en trois moments :
 
1�re partie. � Des �Les Lumi�res... �� �...Voil� la devise des Lumi�res.�(�1), Kant �nonce sa th�se : les hommes sont euxm�mes responsables de leur situation de tutelle ou �incapacit� � se servir de son entendement sans la conduite d�autrui�. C�est pourquoi il est n�cessaire de les rappeler � leur devoir et � leurresponsabilit�: la libert� n�est pas d�abord quelque chose � conqu�rir contre un obstacle ou un ennemi ext�rieur (pouvoir en place, oppression politique ou religieuse...), mais contre un obstacle ou ennemi int�rieur : soi-m�me, � savoir l�insuffisance de la r�solution � se servir de son entendement sans la conduite d�un autre. Penser par soi-m�me fait peur, tr�s souvent. C�est pourquoi Kant rappelle ladevise des Lumi�res : �Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! �. On ne doit - devrait ?- laisser � personne le soin de penser et de d�cider � notre place.
�������������������������������
2�me partie. De �Paresse et l�chet� sont les causes..� � �...toute autre tentative ult�rieure.� (� 2), Kant donne les principales causes et cons�quences de la condition deminorit�, de tutelle dans laquelle se trouve la plupart des hommes (rappelons-nous le contexte historique, social, politique et intellectuel de 1784, � savoir celui de l�Ancien R�gime ...): des hommes et des femmes, pourtant adultes (sur le plan civil), se trouvent trait�s, avec leur consentement, comme s�ils �taient des enfants, des mineurs (sur le plan moral, intellectuel), incapables de se prendreen charge euxm�mes.
 
���������������a) Les causes sont la paresse et la l�chet� dont fait preuve la plupart des hommes et des femmes lorsqu�ils s�agit de penser, c�d de comprendre et de d�cider par soi-m�me.
 
���������������b) Les cons�quences sont le pouvoir que certains hommes s�arrogent de diriger leurs semblables, de penser � leur place, en leur faisant croire qu�ils agissent pourleur bien��� C�est pourquoi Kant prend le triple exemple des livres, des m�decins et des �directeurs de conscience�: dans chaque domaine de la vie humaine (la pens�e, la conscience morale et la sant�, c�d sur le plan th�orique et pratique), il est facile de (se ?) trouver des personnes ou /et des institutions pouvant servir de guides et auxquels il est toujours possible de s�en remettre pour d�cider� notre place. Il est � noter que, pour Kant, ces tuteurs ne constituent des �guides� que pour autant qu�ils sont d�sign�s comme tels par ceux qui entendent profiter de leurs bons services. Autrement dit, si, par la suite, les �tuteurs�� sont conduits � revendiquer une autorit� (en leur qualit� de �ma�tres du savoir�, d�experts�, de �sp�cialistes�, etc...), leur� pouvoir provient moins de leursavoir et/ ou de leur autorit� naturelle que de la demande forte qui �mane du public, du peuple, du grand nombre..... Kant met ici en lumi�re le m�canisme de la minorit�, c�d de �la servitude volontaire � (La Bo�tie) dans laquelle la plupart des hommes et des femmes se complaisent plus encore qu�ils n�y sont entra�n�s et contraints.
 
3�me partie . De �Il est donc difficile...�� > �... d�un pasassur� � (� 3), Kant tire la conclusion de son analyse: la libert� est � la fois une donn�e (de la conscience humaine : l�entendement, la raison qui est chacun de nous) et une finalit�, une conqu�te, un combat, qui exige de l�exercice, de l�entra�nement, du courage, un travail de chacun. Non une formation pr�alable (car jusqu�o� et jusqu� � quand faudrait-il se pr�parer ��tre libre ?) dispens�e pardes �experts en libert�� (des tuteurs ?), mais le propre travail de l�esprit que chacun peut -et doit-� entreprendre par lui-m�me et pour son propre compte. Il en va de la libert� comme de la marche : tous les hommes et toutes les femmes� poss�dent des jambes mais cette condition n�cessaire est loin d��tre suffisante; il leur faut encore s�essayer, se risquer au-dehors, par leur propre...
tracking img