Pléiade

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2955 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Table des matières

Introduction 3
Histoire 4
Les membres de la Pléiade 4
Une nouvelle conception du poète 9
Défense et illustration du français
Les premières mesures 10
L'enrichissement lexical 10
Des formes renouvelées
Le sonnet, une forme italienne contemporaine 11
Deux formes antiques, I'ode et I'hymne 12
Conclusion 13
Bibliographie 14


Introduction
Dans l'histoirelittéraire française, la Pléiade apparaît comme une avant-garde révolutionnaire, décidée à rompre délibérément avec le passé, c'est-à-dire la tradition nationale. Si l'exceptionnelle floraison poétique du milieu du XVIe siècle est indéniable, des spécialistes érudits ont mis en doute l'existence des « sept étoiles » de la Pléiade travaillant selon un plan concerté à la renaissance de la poésie française.Afin de mieux cerner cette question dans la première partie de notre dévelop-pement, nous présenterons l’histoire de la Pléiade, dans la deuxième partie nous présenterons ses membres. Enfin dans la troisième partie nous referons son œuvre principale et sa doctrine.

Histoire

Ce groupe est né vers 1549, d’abord nommé la Brigade et élevé sous l'égide de l'helléniste Jean Dorat. Ronsard, DuBellay, Jean-Antoine de Baïf (1532-1589), condisciples au collège de Coqueret, constituent son «noyau dur». La liste imaginée par Ronsard a été plusieurs fois remaniée. En 1553. venus du collège de Boncourt, s'y agrègent Étienne Jodelle (1532-1573) et Jean de La Péruse (1529-1554), rempla-cé en 1554 par Rémy Belleau (1528-1577); plus lointainement (ils appartiennent à l'école lyonnaise), s'yassocient Pontus de Tyard (1521-1605) et Guillaume des Autels (1529-1581); ce dernier sera remplacé en 1555 par Jacques Peletier du Mans (1517-1582).. Enfin, en 1583, cette place est attribuée à Jean Dorat pour honorer son magistère
C'est en 1556 que Ronsard donnera à la Brigade le nom plus prestigieux de Pléiade. Le nom de La Pléiade fait référence à celui d'un groupe de sept poètes (dont Apolloniosde Rhodes, Callimaque et Théocrite) qui ont vécu à Alexandrie au IIIe siècle av. J.-C., sous le règne de Ptolémée II. Au XIVe siècle, le nom de Pléiade est par ailleurs associé à sept poètes et sept poétesses de la région de Toulouse. Mais il évoquait aussi les Pléiades, filles d'Atlas, qui, selon la mythologie grecque, avaient été, après bien des tribulations, transformées en sept étoiles de laconstella-tion du Taureau. L'histoire et le mythe, qui promettait l'immortalité, conféraient ainsi au groupe ses lettres de noblesse.
Si Ronsard s'imposa aussitôt comme un chef incontesté, si c'est lui qui apporta des modifications à la liste des « étoiles », il faut rejeter comme tout à fait fausses l'idée d'une école organisée autour de lui et celle d'une réunion de poètes collaborant àl'exécution d'un programme commun au nom d'un même idéal littéraire. Les meilleurs spécialistes, Henri Chamard, Raymond Lebègue et l'Italien Enea Balmas l'ont bien montré.
L’histoire et l’aventure des poètes de la Pléiade a été en quelque sorte reconstruite a posteriori, notamment par les romantiques du XIXème, mais rarement dans l’histoire de la poésie on a eu une impression à ce point forte d’avoir unetâche à accomplir et d’avoir des ambitions, des idéaux, des goûts communs à mettre au service d’un même projet.
Les membres de la Pléiade

Pierre de Ronsard

Par l’éclat de la diversité de son talent, Pierre de Ronsard, est très vite deve-nue l chef de fil de la Pléiade. Il était un proche de la famille royale et était le poète officiel de la cour de 1558 à 1575. Une grande part de sonœuvre, abondante et va-riée apparaît aujourd’hui passablement artificielle et désuète (ses Hymne à la louange de la cour, par exemple son « Ode à Charles IX » ou encore certains de ses Discours en vers dans lesquels il a violement attaqué les calvinistes pendant les guerres de la religion).
Mais son inspiration était beaucoup plus authentique et personnelle, ce qui lui vaut d’être tenu pour l’un...