Plaidoyer pour chefferie traditionnelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13341 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PLAIDOYER POUR
LA CHEFFERIE TRADITIONNELLE
Malgré les maux dont on l'accable, la chefferie traditionnelle ne mérite pas le bûcher. Elle a encore beaucoup à offrir. Voici pourquoi.
Identifiée par les colons dès leur arrivée comme le principal centre de contre pouvoir à leur hégémonie, la chefferie traditionnelle a été tout le long de la colonisation systématiquement combattue. Finalement, àdéfaut d'être purement et simplement supprimée, elle a été relayée à partir de 1923 au rang de simple auxiliaire de l'administration.
Image ternie
A ce titre, malmenée au gré des intérêts politiques et géostratégiques du colonisateur, livrée aux caprices d'une administration d'oppression et de prédation, la chefferie traditionnelle a abordé la grande effervescence de l'après deuxième guerremondiale pour l'affirmation de la personnalité des peuples opprimés, globalement du mauvais côté, à savoir celui du pouvoir colonial et a de ce fait vu son image particulièrement ternie. Elle s'est tout naturellement trouvée dans la ligne de mire du nationalisme naissant, identifiée comme l'un des principaux freins à l'émancipation du peuple tant espérée et combattue comme tel. De l'indépendance à nosjours, cette situation d'assujettissement au pouvoir politique a continué, alimentant une grande controverse sur sa problématique. Aux radicaux comme Patrice Kayo et Marcien Towa (Pr. Marcien Towa, in journal Mutations n°1664 du 6 juin 2006) qui, inspirés par l'audace de l'ancien président guinéen Ahmed Sékou Touré qui de 1958 à 1984 a supprimé la chefferie traditionnelle dans son pays, prônentl'effacement de l'institution, certains comme Charly Gabriel Mbock (Charly Gabriel Mbock, Le Défi Libéral, ed. Karthala, Paris 1990) la qualifient de " camerouniaiseries " qui concourt à l'affermissement du tribalisme tandis qu'un certain nombre imputent aux chef traditionnelle grand retard que connaissent la démocratie et le développement dans un certain nombre de régions de notre pays. A l'appui,tous évoquent l'obsolescence de l'institution dans une Afrique en quête de modernité, son anachronisme vis-à-vis des institutions républicaines, sa contribution à l'expansion du tribalisme, son inféodation aux autorités administratives et politiques en particulier au parti au pouvoir etc. Et ce n'est pas le comportement de certains chefs qui, incapables de résister aux tentations de l'argent et auxdélices du pouvoir, bafouent quotidiennement et les traditions qu'ils sont sensés incarner et l'honneur ainsi que la dignité qui s'attachent à leurs fonctions, qui est fait pour arranger les choses. D'où une désagrégation progressive de l'adhésion de l'intelligentsia à son concept, surtout sa frange jeune. Dans un mouvement contraire, généralement par opportunisme à la recherche des raccourcispolitiques ou nobiliaires ou dans un simple mouvement de repli identitaire pour se venger des déboires subis ailleurs suite à la logique des quotas tribaux, la bourgeoisie d'affaires et politico- administrative se rue vers les institutions traditionnelles. A coup de trafics d'influence et de corruption, c'est chaque homme d'affaires et autre haut fonctionnaire, homme politique en voie de déclin quicherche à tout prix à rebondir au village en s'emparant d'un siège cheffal ou à s'en faire tailler à sa mesure par un sous-préfet du coin. Les exemples sont légion. Et le peuple dans tout cela? Il se sent très peu concerné par toutes ces spéculations des gens "d'en haut " qui sont loin de ses préoccupations quotidiennes. Que ce soit dans les villes ou dans les villages, une bonne majorité, surtoutdans les provinces du Grand-Nord et du Grand-Ouest, un tout petit peu dans le Littoral, le Centre, le Sud et l'Est, vit encore sous l'emprise morale, spirituelle et politique des chefferies traditionnelles, malgré la farouche concurrence d'une administration d'Etat aux pouvoirs exorbitants. Comment expliquer cela? Tout simplement parce que malgré plus de cent ans d'une volonté systématique...
tracking img