Plaisir et apprentissage: est-ce incompatible?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1571 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION


Le plaisir est l’une des raisons essentielles qui motive l’adhésion à une activité, à une pratique sportive. « Les émotions incitent l’individu à poursuivre son engagement et atteindre le but ou à se désengager et à opérer la transition vers d’autres buts » (Rimé, 2005). L’investissement et l’engagement à long terme sont surtout liés à la satisfaction et au plaisir que peutavoir l’individu dans sa pratique. On peut se demander plus largement quelle est la place des émotions dans l’apprentissage. Le plaisir est-il compatible avec l’apprentissage ? Pour cela, nous montrerons en quoi le plaisir peut favoriser les apprentissages dans une discipline comme l’éducation physique et sportive qui suscite des émotions, puis nous verrons de quels moyens l’intervenant d’EPSdisposent pour que les élèves ressentent du plaisir lors des leçons d’EPS.

1 LE PLAISIR : UN OBJECTIF ET UN MOYEN.

Historiquement, le plaisir a été soumis à différentes influences ce qui peut expliquer en parti pourquoi les chercheurs se sont peu penchés sur le rôle des émotions et plus particulièrement du plaisir dans le champ des activités physiques et sportives.
Le plaisir était unequestion centrale dans les philosophies grecques, « si le plaisir est un bien, il ne faut pas le modérer », au risque cependant d’aliéner sa liberté et d’être esclave de ses propres vices. La psychanalyse et notamment Freud, en a fait une part essentielle. Il montre que le plaisir vise la réduction des tensions c’est-à-dire l’apaisement d’un besoin ou d’un désir. Ce n’est finalement qu’à partir desannées 1980, que notre société va s’intéresser davantage à la recherche sur le plaisir. On peut cependant se demander quelle est la place du plaisir dans le domaine du sport.

Pierre Parlebas dans son lexique ne mentionne pas le terme de plaisir mais de «ludisation » ; le plaisir y est associé aux jeux. L’enfant prend du plaisir quand il joue : l’amusement ou le divertissement, mais aussi le plaisirdes sens lié à l’expérience de sensations agréables telle que le vertige. Le jeu n’est pas automatiquement favorable aux apprentissages, c’est pourquoi il est nécessaire de dépasser la représentation « plaisir-amusement » car le plaisir a d’autres fonctions, en effet il agit sur nos processus cognitifs. On se souvient plus de situations à caractère émotionnel que des connaissances formelles.L’enjeu pour l’intervenant est donc de proposer des activités ludiques et de permettre à ces activités de répondre aux exigences de l’apprentissage.

Selon Tinland (1995), « la problématique des apprentissages est d’engager les élèves dans des adaptations aux contraintes et exigences de la tâche « ici et maintenant » mais aussi « plus tard et ailleurs ». On peut voir dans cette citation l’idéed’un engagement ainsi que d’un réinvestissement. Pour cela, il est important que les élèves aient envie de pratiquer une activité physique au terme de leur scolarité et tout au long de leur vie. Se pose donc la question de la motivation et du plaisir.

Des études ont montrés que le fait de persévérer dans la pratique d’une activité sportive était lié aux sensations de plaisir et de bien-être quel’individu pouvait en tirer. Dans une logique cognitiviste, le plaisir s’accompagne d’une élévation du niveau d’activation (ou anxiété), lorsque le sujet était confronté à une situation, par exemple lors d’une compétition, dans la perception qu’il pouvait avoir de l’importance du résultat.
Le sentiment de compétence et le plaisir sont liés ; en effet la satisfaction et le plaisir ressenti dans uneactivité sportive augmentent avec la difficulté de la tâche qu’il réalise. La satisfaction que le sujet ressent de sa pratique est liée aux buts qu’il s’est fixé. De plus, la réussite génère du plaisir surtout lorsque cela concerne des activités qui ont de la valeur aux yeux de l’apprenant. Les bénéfices sont un gain de l’estime de soi et de confiance en soi. L’estime de soi résulte du...
tracking img