Plan de commentaire compose sur le malade imaginaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (568 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
601-101-04
Écriture et littérature

Plan de commentairecomposé

Travail remis à
Marie-Ève Denis

Collège Montmorency
25 février 2010

- Idée principale 1 : L’auteur utilise les personnages pour réprimander l’image des médecins de cette époque.- Idée secondaire 1 : Le personnage de Béralde trouve que les médecins sont ignorants.
- Preuve : Béralde, « […] Ils savent la plupart de fort belles humanités, savent parler en beau latin, saventnommer en grec toutes les maladies, les définir, et les diviser; mais pour ce qui est de les guérir, c’est ce qu’ils ne savent point du tout » (p.84, lignes 6-9)
- Explication : Énumération. Lapréparation théorique des médecins est la plus importante et c’est d’ailleurs la seule qu’ils reçoivent. Ils connaissent toutes les maladies par cœur et peuvent les réciter sans problème, mais sontincapables de mettre la théorie en application, c’est-à-dire de soigner les malades.
- Idée secondaire 2 : La médecine est vue comme une vraie moquerie.
- Preuve : Béralde, « […] je ne vois pointde plus plaisante momerie, je ne vois rien de plus ridicule, qu’un homme qui se veut mêler d’en guérir un autre» (p.83, lignes 22-24)
- Explication : Parallélisme («je ne vois point,…, je ne voisrien…»).L’idée d’être soigner par une autre personne est désapprouvée par Molière et ça se reflète parfaitement dans cette réplique de Béralde. On ne peut pas faire confiance à la médecine del’époque et il vaut mieux essayer de se guérir soi-même que de suivre les traitements des médecins qui vont juste empirer les conditions du malade ou même le tuer.
- Conclusion partielle : Donc, l’auteur estentièrement contre la pratique de cet art qu’il juge trop primitive à cause de l’absence de préparation des médecins au point de vue pratique et condamne l’opinion des gens qui croient que les...
tracking img